La nuit où Xynthia a tout dévasté… 5 ans déjà

Comment oublier ? Cette nuit tragique a tellement choqué, marqué les esprits dans ma région.

Je vis depuis toujours à La Rochelle. Je connais la mer, les tempêtes hivernales, les marées. Mais jamais je n’aurais imaginé ce qu’il s’est passé. Jamais ! Un fâcheux concours de circonstances (coefficient de marée très haut, attraction lunaire, tempête) a fait entrer la mer dans les terres.

La tempête avait été annoncée, mais dans la nuit, je n’ai rien entendu. J’habitais dans un immeuble récent, perpendiculaire au sens des vents, donc j’imagine que tempête s’est comme brisée au bout de l’immeuble. Au matin, tout était calme, en regardant « mon lac » par la fenêtre je n’ai rien remarqué d’anormal. « Encore une exagération des journalistes et météorologues pour nous faire peur » me disais-je. Puis dans l’après-midi, comme souvent le week-end, je suis allée me balader dans mon quartier des Minimes. Sous un grand soleil, tout me paraissait calme. Anormalement calme pour une belle journée comme celle-ci. Et sur le chemin, j’ai vu. J’ai vu l’eau qui avait envahit la pleine d’herbe à côté du Conseil Général formant une immense piscine.

Quand je suis arrivées au port des Minimes, je n’ai pu que constater la violence de la tempête et la force de la mer qui a soulevé le goudron des parkings, poussé les voitures, rongé la falaise, arraché les buissons, brûlé les gazons. Mon coin favori pour les balades était dévasté.

Xynthia10Un vrai champs de bataille !

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Xynthia 9

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Fallait pas oublier l’auto sur le parking !

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

L’eau a poussé tout ce qui se trouvait sur le parking jusqu’aux barrières de sécurité. Sans ça, tout tombait dans l’eau

SAMSUNG DIGITAL CAMERACe petit bateau n’a pas survécu…

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Je n’ai jamais vu l’eau atteindre cette hauteur !

En faisant le tour du quartier j’ai vu que finalement, à 200 mètres tout autour de mon immeuble, l’eau avait envahit les terres, les caves d’immeubles, les maisons. Et je ne m’étais rendu compte de rien !

Puis j’ai regardé les infos. L’eau était partout. Les paysages dévastés. Des gens disparus. Des morts. Noyés dans leur propre maison. Certaines communes de Vendée ont été bien plus touchées que La Rochelle. Je ne suis allée voir nulle part. Pas envie, trop triste, par respect pour les gens.

Photo France 2

Cette route de la plage d’Aytré (où j’ai vécu 20 ans), je la connaissais par coeur. De jolies maisons neuves côtoyaient les vieilles maison de vacanciers au charme rétro. Et la voilà noyée sous les eaux passées par-dessus la dune. Une fois l’eau évacuée, elle est restée fermée plusieurs semaines, ce qui n’a pas empêchés les pillards sans scrupules de venir visiter et se servir. Quand la route, a rouvert, chaque fois que j’y passais, j’avais un énorme pincement au coeur. Toutes ces maisons éventrées, les buissons couchés, les marquages faits par les pompiers à la bombe de peinture pour signaler que la maison a été inspectée. La vie s’est arrêtée. Semaine après semaine, les maisons sont de plus en plus dépouillées. Ces habitations ne sont pas perdues pour tout le monde. Je suis écoeurée. J’imagine la tristesse des gens qui ont économisé toute une vie et ont tout perdu en une nuit.

Quand la zone noire a été décrétée, de nombreux propriétaires étaient désespérés. Il faut dire que ces zones étaient étrangement délimitées. Certaines maison en faisaient partie alors que pas une goutte d’eau ne les avait atteintes, et d’autres qui avaient été inondées en étaient exclues. Puis face au désespoir, les zones ont été redéfinies (vu le prix des terrains et bâtiments à certains endroits, ça arrangeait pas mal les finances publiques… Non non, je ne dis pas que c’est la cote de la côte qui influencé les délimitations des zones mais enfin….). Certains propriétaires n’en faisaient pas partie, mais avaient tellement peur qu’ils voulaient un rachat de leur maison et aller refaire leur vie ailleurs. Alors que d’autres étaient d’offices expropriés alors qu’ils voulaient à tout pris conserver leur bien (qu’il serait pourtant bien difficile d’assurer dorénavant).

Résultat de recherche d'images pour "xynthia aytré route de la plage"

Quand la route de la plage a été définitivement nettoyée, j’ai eu moins de mal à y passer. Il ne reste plus aucune maison tout le long, des arbres ont été plantés, la piste cyclable améliorée. Il ne reste plus trace de ce qu’il s’est passé. Mais ceux qui ont connu l’avant n’oublient pas. Et ça me fait toujours bizarre de voir cette rue sans ses maisons.

Source Paris-Match

Source : Europe1

Source

Je pourrais mettre des centaines de photos mais je crois qu’aucune ne peut traduire l’effroi ressenti à ce moment-là.

Il a fallut des semaines et des semaines pour tout nettoyer. Impossible d’échapper à la vue des cadavres de meubles, de souvenirs à tout jamais détruits,  qui gisent sur les trottoirs en attendant d’être déblayés.

Et certainement des années pour les plus touchés pour tenter de refermer cette profonde blessure. J’ai la chance de ne pas avoir perdu de proche, et aucun des miens n’a été inondé. Mais je pense toujours à ceux qui n’ont pas eu cette chance.

C’est volontairement que je n’évoque pas le volet judiciaire de ce drame. Comme tous les gens du coin, j’ai mon avis sur les diverses responsabilités magouilles et compagnie. Les personnes condamnées ayant fait appel, je préfère ne pas prendre le risque d’être accusée de diffamation ! Toutefois, il est évident qu’il y a eu des manquements à plusieurs niveaux. Les constructions en zones inondables par des lotisseurs qui obtiennent des permis de construire du maire (ah tiens, c’est bizarre ce lien entre les deux….), le manque d’entretien des digues de protections. 5 ans plus tard, il est inutile de préciser que rien n’a été fait. Enfin si : peu après le drame, des solutions d’urgence ont été trouvées, des gros cailloux jetés aux endroits stratégiques pour briser les vagues. Mais les bonnes vraies digues n’ont pas toutes été renforcée ou reconstruites en tenant compte du nouveau niveau de la mer. Toujours des histoires de budget insuffisant, de lenteurs administratives. Faudra pas venir jouer les étonnés les larmes aux yeux si un nouveau drame se produit. Mais en attendant, les citoyens qui vivent dans ces zones serrent les fesses à chaque grande marée.

A toutes les familles touchées, aux victimes….

Que cela ne se reproduise plus jamais.

Publicités

14 réflexions sur “La nuit où Xynthia a tout dévasté… 5 ans déjà

  1. Quand la nature décide de se rebeller, il n’y a malheureusement rien d’autre à faire qu’à attendre que çà passe et à panser les plaies et reconstruire ensuite.
    Je connais bien le problème car j’ai vécu 3 ans à Sint Marteen (une petite île dans les Caraïbes) et j’ai vécu le passage de 2 cyclones. Plus d’électricité, plus d’eau courante, plus d’1 mètre d’eau dans les rues, les bateaux échoués sur la plage…… Un vrai paysage d’Apocalypse et une vraie peur ressentie pour ma part pendant 4 jours car il était interdit de sortir de chez soi, alors autant te dire que de devoir rester enfermée, sans eau ni électricité, ni news de tes proches car plus aucune communication, et bien çà fout franchement les jetons. On a reconstruit notre hôtel-restaurant grâce aux assurances, mais quand çà a recommencé l’année suivante, là on a sérieusement commencé à réfléchir à un retour en métropole ou tout du moins en Europe et au bout de 3 ans, nous avons revendu notre affaire et nous sommes allés nous installer en Angleterre pour 4 ans avant de revenir en France.
    Dieu merci pour cette très jolie petite île, ils n’ont pas eu d’autres gros cyclones depuis.
    Je connais bien le port des Minimes, j’ai travaillé 2 saisons été de suite à la résidence Pierre et Vacances il y a une vingtaine d’années. J’aime beaucoup La Rochelle, j’y passe au minimum un weekend par an en mai avec Chérinamour car nous avons des amis qui habitent sur le Vieux Port et j’y aie de très bons souvenirs 😀
    Tu as de la chance d’habiter un aussi joli coin de France.
    Bisous 🙂
    Carole

    • Disons que ce qu’il s’est passé, on ne pouvait pas s’y attendre. Alors que dans les Caraïbes, c’est déjà plus « normal » que ça arrive.
      Oui j’ai de la chance d’habiter un si joli coin. Mais tout n’est pas idyllique non plus (peu de boulot et loyers très chers pour une petite ville)
      Tu as pas mal bourlingué, toi ! C’est cool !

  2. coucou

    j’ai comme tout le monde entendu parler de cette tempête et surtout ces pertes humaines inutiles, de terrains vendus inondables et ou la mairie avait sa responsabilité …une terre inondable reste inondable sauf travaux particuliers et coûteux, car voir l’eau montée doit être terrible, ne pas savoir quoi faire….
    ces terribles souvenirs me font penser aux miens, mes parents , ma soeur et moi même avons échappés à un incendie il y a ttrès longtemps, heureusement que mon père avait fait des exercices dans son travail car il revenait de l’étranger, descendre avec un torchon mouillé deux étages a 2H du matin, ça te marque à vie….j’ai une peur atroce du feu, je peux détecter à quleques métres, une odeur suspecte, j’ai peur des flammes, du gaz, et fait hyper attention aux bougies posées…..
    il y a 15 ans, nous habitions en montagne, et il y avait eu un ouragan, nous étions partis en famille le matin direction la bretagne, au même moment je me suis réveillée dans un hotel , car nous faisions la route en deux fois, je ne me rappelais plus ou j’etais, mais je savais qu’il y avait quelque chose..à notre arrivée, mes parents avaient été prévenus qu’il fallait repartir car notre maison , l’étage avait été soufflé par la puissance du vent….
    le vent s’étant engouffré par le fenêtre (petite ) et a soufflé tout létage..les poutres en bois dans les lits, les armoires éventrées…les pompiers et les gens du village ont cru que nous étions tous morts….c’est dire….
    les gens au village ont été extraordinaires, mettant tout dans des sacs ….je n’ai pas eu de pillages sauf plus tard mais avec des ouvriers avec la réfection du toit….
    au matin , après pris le train, l avion etant en gréve, refaire le trajet, reprendre un transport sur marseille pour nous ramener en pleine nuit, ne rien voir et au matin, voir un spectacle de désolation…..l’expert est passé deux jour plus tard…dressé un bilan , et nous avons été indemnisé deux mois plus tard avec notre assurance…mon voisin de maison , lui a eu le temps de se cacher le visage que la toiture s ‘envolait….
    j ‘ai fais refaire certains meubles avec un menuisier car j ‘y tenais et le reste poubelle, je n’est jamais imaginé, et je ne sais pas pourquoi , comment aurait été mon destin si nous n’étiosn pas parti ce matin là , alors que notre départ était prévu 24H plus tard..
    .je le rappelle cependant que notre chat qui etait gardé par une amie du village, lors de nos vacances, et bien cette fois , je ne voulais pas qu’il reste à la maison et avait demandé à mon amie de le prendre chez elle….
    voilà mon témoignage de moments extraordaires à des gens ordinaires qui marquent une vie à tout jamais….
    je pense que je ne me serais pas livrée autant si ton article n’avait fait ressurgir chez moi, ces moments….

    • Ton témoignage est bouleversant. Quelle chance d’avoir survécu à tout ça !
      Ce qui met les gens du coin en colère, c’est que ceux qui sont morts l’ont été parce qu’on leur a vendu des terrains mais surtout donné des permis de construire dans des zones à risques. C’est très dur de perdre ses biens, mais ces gens sont vraiment morts pour rien. Et les rescapés qui ont tenu des heures dans l’eau avant d’être secourus sont marqués à vie. Une simple tempête, c’est pas de chance. Mais là, les noyades auraient pu être évitées et c’est révoltant. Merci encore pour ton récit
      J’ai très peur des incendies. ça fait déjà presque 3 ans que j’ai des détecteurs d’incendie dans la maison. Je suis bien contente que ça soit obligatoire (même si ça fait râler les gens !). On est très en retard là dessus.

  3. Cela a du être très angoissant pour les personnes étant à proximité.Quand la nature se déchaîne, on ne sait plus quoi faire. Je garde un souvenir encore très présent de la tempête de 1999 . Émotionnellement, ça marque à vie . En espérant que cela ne se reproduise pas.

    • Je me souviens aussi très bien de 99. La différence, c’est que là, l’eau s’est soulevée pour entrer dans les terres, chose que personne n’aurait jamais imaginé possible !

    • Oui ! Mais c’est aussi beaucoup la faute des hommes qui veulent des villas les pieds dans l’eau….Ben ils les ont eus ! La faute au mauvaise entretien des digues aussi. Bises

  4. Je me souviens très bien de cette nuit-là (je dormais encore sous les toits du château) et du lendemain : la découverte de l’horreur, l’immensité des dégâts, le nombre de morts qui ne cessait d’augmenter… ;( des familles brisées à jamais. Merci pour cet article et pour la mémoire. ♥

  5. Moi aussi je suis de la Charente-Maritime. Mes parents vivent à Surgères donc plutôt dans les terres mais ce jour-là, on devait aller à Charron pour fêter les 30 ans de mon cousin … Ma mère travaillant aux serres de la Rochelle avait reçu l’avis de tempête et donc on y est pas allé … Ma famille présente à la fête n’a rien eu mais ils ont accueilli les premiers blessés … dans la salle des fêtes. Ils en restent marqués et moi aussi. Plus jamais ça …

    • Je crois que ça a marqué les esprits, qu’on soit touché de près ou de loin. M’enfin ça n’a pas marqué tout le monde parce que vu le peu d’avancée des protections, ça pourrait recommencer !

Laisse-moi un mot doux ! Les commentaires font vivre le blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s