Le dernier tour de clef

J’ai beaucoup de souvenirs dans cette maison cubique des années 60 pas très jolie. Et que des bons. Cette maison, c’est celle de ma grand-mère. Elle a été contrainte de la vendre car elle n’était plus adaptée à son grand âge.

Semaine après semaine, ma mère et moi avons trié, jeté, donné, vendu tout ce que ma grand-mère possédait. Elle est encore de ce monde, donc il a tout de même fallut lui garder les objets auxquels elle tenait le plus, des photos, et des choses improbables qu’elle a souhaité conserver. Je crois que faire ce tri m’aurait été impossible si elle n’avait plus été là au moment de le faire. J’aurais eu trop de chagrin. Mais le faire avec elle n’a pas été très simple non plus. C’est douloureux pour une vieille dame de balayer en si peu de temps toute sa vie. Plus de maison, presque plus de possessions… elle s’est sentie dépouillée. D’autant plus qu’avec le cambriolage de l’automne, elle n’a même plus tous ces bijoux qui représentaient les étapes importantes de sa vie.

Nous avons retrouvé de magnifiques objets qui ont traversé les générations. De vrais trésors, bien conservés, qui nous ont mis des étincelles dans les yeux. D’autres objets, moins anciens, qui nous ont rappelé plein de souvenirs à ma mère et à moi-même. Nous avons connu beaucoup d’émotions. Et les dilemmes : on garde ou pas ? Non, on ne peut pas tout garder.

Et quelques semaines plus tard, se dire « si, en fait ça serait chouette de le garder » et aller reprendre l’objet dans le carton où il avait été soigneusement emballé. Après tout, mes grand-parents ont gardé tous ces trésors dans le but de les transmettre de génération en génération.

Nous avons sourit devant les très nombreuses piles de linge de maison parfaitement repassé et plié. Nous avons cherché à percer le secret  des draps housses parfaitement pliés à plat. Nous sommes restées bouche bée devant les jolies nappes aux multiples broderies réalisées à la main par ma grand-mère qui a du y passer tellement d’heures, malgré ses mains pleines d’arthrose. Nous avons ri des petites manies de rangement ou de conservation de choses qui auraient du être jetées depuis longtemps.

Nous avons décroché les lustres, les tableaux et les rideaux. Un brin de ménage. C’est la fin du spectacle.

Nous sommes soulagées que tout soit enfin terminé. Un vrai marathon qui a commencé doucement il y a un an et demi, puis s’est accéléré en début d’année. Il a fallu tenir sur la durée, réfléchir, tout organiser. La tentation de tout jeter pour se débarrasser au plus vite et nous faciliter la tâche nous a parfois effleuré l’esprit dans les moments de lassitude. Mais c’était impossible, par respect pour ma grand-mère.

Une dernière visite des acheteurs, le relevé des compteurs, on se revoit dans quelques jours chez le notaire. Tout est fini.  Nous ne reviendrons plus et avons fermé la porte pour la dernière fois.

Et c’est ainsi qu’une partie des souvenirs est dans mon coeur pendant que l’autre se retrouve enfermée à jamais dans la maison, par ce dernier tour de clef…

Autres articles souvenirs

https://eugeniefister.wordpress.com/2017/02/05/les-tresors-du-grenier-le-bureau/

https://eugeniefister.wordpress.com/2013/07/15/mon-petit-bonheur-du-week-end/

https://eugeniefister.wordpress.com/2017/01/30/la-faille-spatio-temporelle/

https://eugeniefister.wordpress.com/2015/10/09/parce-quun-jour/

Publicités

8 réflexions sur “Le dernier tour de clef

  1. Ton article me touche énormément… Ma 2e grand-mère est partie cet hiver. Ce départ m’a fait revivre celui de ma 1ère, du coup. Je ne vois que trop ces moments où l’on oscille entre les pleurs et les rires à la découverte de souvenirs. Je ne vois que trop aussi ces endroits familiers, où tu repasses devant, sans avoir le droit d’y rentrer. Parce que c’était la vie d’avant. Une autre famille habite en ces lieux. Un coup de pied aux fesses, et tu regardes droit devant.
    De gros bisous, bon courage.

    • C’est beaucoup d’émotions mais j’ai la chance de l’avoir encore. Mais c’est étrange de se dire que d’autres gens habitent là et qu’ils vont tout transformer à l’intérieur. Merci pour ton commentaire

  2. Coucou
    Cela a dû être un déchirement pour ta mamie que de devoir se séparer d’objets qu’elle avait soigneusement garder toute sa vie, même si elle sait que cela est une nécessité. Heureusement qu’elle est encore là pour vous aider. On imagine bien la culpabilité et la difficulté à faire du tri lorsqu’une personne proche disparaît. D’ailleurs, j’avais lu un article à ce sujet très intéressant. Il disant que le mieux est que de son vivant, on pense justement à lister ce qui compte pour nous, ce qu’on peut être vendre ou donner. Et comme on est dans l’air numérique, à lister aussi les mots de passe de nos différents comptes afin de faciliter la tache des survivants. Il y a tellement à penser !
    Passe une belle journée

    • Eh bien justement, non, elle ne nous a pas aidées ! Juste à la fin où on l’a un peu forcée à nous dire ce qu’elle voulait garder. C’était un tel déchirement pour elle, qu’elle n’avait envie de s’occuper de rien et c’était trop difficile de faire du tri et de dire ce qu’elle voulait. Alors du coup, c’était difficile pour nous aussi de devoir imaginer ce qu’elle pouvait vouloir. Bref, ça a été compliqué pour tout le monde ! Maintenant il faut qu’elle fasse le deuil de sa maison et tout ce qu’il y avait dedans.

      • C’est une situation malheureusement difficile pour tout le monde. On imagine bien que cela
        le serait tout autant pour nous aussi cela devait nous arriver. Il lui faut du temps et ça se comprend. Bon courage à toi aussi.

        • Oui, c’est exactement ce que je lui disais pour la rassurer : que si moi on me demandait de ne choisir que quelques unes de mes affaires et que quelqu’un se débarrassait de tout le reste, ça serait très dur pour moi aussi. Et que c’était bien normal qu’elle ait du chagrin.

  3. C’est une étape douloureuse… Nous y sommes passés également mais c’est moi qui ai racheté la maison de mes grands-parents. J’y ai gardé beaucoup de souvenirs, dénichant également des objets improbables comme l’établi de menuisier de mon grand-père qu’il n’aurait jamais imaginé dans sa salle à manger !
    Bisous et bon dimanche 🙂

    • C’est en effet beaucoup d’émotions qui se mélangent. Puis moi j’ai beaucoup d’empathie, alors c’est dur de voir ma grand mère si peinée de tout laisser (alors que c’est bien normal). Une page se tourne pour tous. Bon dimanche à toi également

Laisse-moi un mot doux ! Les commentaires font vivre le blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s