[Lecture] Trouver son ikigaï – Christie Vanbremeersch

J’ai découvert ce livre et du même coup l’existence de l’Ikigaï dans le magazine Respire. Je n’avais jamais lu (ou du moins pas retenu) ce terme qui entre dans le cadre du développement personnel.

 

12.95 euros – First Editions

Mais qu’est-ce que l’ikigai ?

Originaire d’Okinawa au Japon, « l’île aux centenaires », cette philosophie repose sur l’importance de trouver un sens (« gai ») à sa vie (« iki »).

Chercher son ikigai c’est trouver l’équilibre entre sa passion, son talent, ce que l’on peut apporter à la communauté et ce pourquoi on pourrait être payé.

Tout un programme ! Au premier abord, je me suis dit que c’était quand même un truc de pays riche de s’interroger ainsi. Dans bon nombre d’entre eux, la préoccupation principale des gens est surtout d’avoir de quoi manger et survivre. Mais finalement, je crois qu’il faut comparer ce qui est comparable. Et dans nos sociétés développées, d’une certaine manière, on a le choix, même si c’est ce n’est pas réellement le cas pour tout le monde, bien évidemment. On peut encore assez souvent choisir son métier, faire des études (même si c’est de plus en plus compliqué), de changer de voie au cours de notre vie. Ce n’est pas simple, mais c’est possible.

Cela semble utopique d’exiger avoir une activité qui soit épanouissante, rémunératrice, motivante, en accord avec nos valeurs, mais c’est un équilibre qu’il faut essayer de trouver dans la mesure du possible ou de l’ajuster à ses attentes. Vaut-il mieux un métiers très bien payé mais ennuyeux à mourir ou exercer une activité passionnante mais moins rémunératrice ? C’est à l’appréciation de chacun, selon ses besoin matériels (celui qui accepte l’ennui au travail parce qu’il est bien payé peut toujours s’adonner à ses passions en dehors…) et personnels. A l’heure où sévissent les burn, brown et bore out, ça vaut la peine de se pencher sur la question, bien qu’ils interviennent plus à cause de l’entreprise que pour une question de vocation. Mais c’est un autre sujet !

Le livre

J’ai beaucoup aimé ce livre. Au départ, j’ai eu un peu peur qu’il ne soit rébarbatif mais pas du tout. Il est très bien construit, avec un graphisme dynamique et une alternance entre théorie (sur l’ikagai, sur les pistes de réflexions, sur les questions auxquelles répondre), expériences personnelles de l’auteure et témoignages de personnes qui ont trouvé leur ikigaï dans des domaines très différents, des plus classiques aux plus atypiques. Oui un comptable peut se sentir parfaitement épanoui dans son métier alors que toi tu vas trouver ça terriblement ennuyeux !

Il faut se munir d’un beau cahier et d’un stylo, et répondre aux questions posées par l’auteure. Petit à petit, le cheminement permet de mettre au jour des éléments dont on n’avait pas forcément conscience.

La richesse des expériences de l’auteure et les nombreux témoignages démontrent qu’il y a plusieurs chemins possibles dans une vie professionnelle. On peut se tromper de voie, ou tout simplement vouloir en changer, mais chaque expérience aura de toute façon un rôle positif dans nos choix futurs. Ce sont des outils supplémentaires dans notre sac de Mary Poppins !

Et moi ?

Personnellement, je n’ai absolument jamais connu l’épanouissement au travail. Pourquoi ? Parce que je n’ai pas vraiment choisi mon métier, je n’avais pas de vocation. J’y suis arrivée un peu par hasard. J’ai parfois eu des missions intéressantes, d’autres qui furent d’horribles expériences, mais je ne suis jamais tombée sur un poste vraiment complet, avec des évolutions possibles. Bien sûr, j’ai toujours fait consciencieusement mon travail, j’ai toujours donné satisfaction à mes employeurs, mais je ne me suis jamais épanouie. Et à l’aube de mes 40 ans, j’ai besoin que ça change. J’ai donc, sans le savoir, cherché mon ikigai ! J’avoue que si j’avais eu ce livre entre les mains plus tôt, ma réflexion aurait été plus rapide et plus complète. Mais je me rends compte que j’étais vraiment sur la bonne piste et le livre m’a permis d’approfondir certains points et apporté une grande bouffée d’optimisme.

Est-ce que j’ai trouvé mon ikigaï ? Peut-être, l’avenir le dira ! Mais j’ai trouvé un métier que j’aimerais exercer, une piste à suivre, une nouvelle motivation. Même si je devais garder mon métier initial, je pourrais peut-être y glisser un peu de celui que j’aimerais faire à présent pour le rendre plus plaisant. Affaire à suivre, donc…

Si le sujet t’intéresse, tu trouveras sur le web beaucoup d’articles, de tests, de témoignages pour t’aider dans tes réflexions.

Et toi, tu en es où ? As-tu déjà trouvé ton ikigaï ? Es-tu en recherche d’une nouvelle voie ? As-tu déjà un métier qui t’épanouit ?

Publicités

Laisse-moi un mot doux ! Les commentaires font vivre le blog !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s