Déjà 4 ans ! Joyeux Anniblog Eugenie Fister !

natural-1225186_960_720

Cela fait plusieurs semaines que ma tête et moi-même sommes en conflit. Le blog a-t-il 3 ans ou déjà 4 ? Non, ça ne peut pas faire 4 ans, j’ai l’impression que c’est encore tout récent. Oui, mais en même temps…. Bref, ça fait bel et bien 4 ans !

Déjà 4 ans ! I dit it ! J’ai encore du mal à y croire ! Et surtout, du mal à croire que je sois encore là ! Certes, les articles sont de plus en plus espacés à certaines périodes, je suis vraiment moins assidue qu’au début où je publiais 3 articles chaque semaine avec un planning précis au niveau des thèmes, mais toujours là quand même !

Je vous remercie pour vos lectures et vos commentaires (qui sont assez nombreux, à ma grande surprise ! Mais n’hésitez pas à en écrire toujours plus, ça me permet de savoir qui passe par là !), que vous soyez fidèles ou juste de passage. J’aime nos échanges par commentaires ou sur Hellocoton. Certaines personnes passent sans commenter, peut-être par timidité, mais tout compte.

Lire la suite

Les boulets du Bon Coin

Le Bon Coin…. ce site merveilleux de petites annonces qui te permets de vendre la yaourtière vintage qui traîne dans tes placards depuis 15 ans sans jamais en être sortie, mais également d’acheter à petit prix le meuble Ikea de tes rêves parce que tu préfères la seconde main (et surtout parce que tu n’as pas d’Ikea à proximité ou pas de fourgon pour transporter ta Kallax 25 cases blanche).

J’ai découvert le site assez tard finalement. Mais depuis, je me suis bien rattrapée. Je vends, je donne, j’achète beaucoup via ce site et comme j’ai beaucoup d’annonces de ventes et de dons (vidage de maison de mamie oblige), j’ai également beaucoup de mails d’acheteurs potentiels. Et c’est là que je peux te confirmer que le monde est fait de toutes sortes de gens. Des meilleurs aux plus terribles. Qui me font dire que quand même « j’aime pas les gens » ! Mais oui, je sais qu’il y a plein de gens biens. La preuve, tu en fais partie puisque tu es une fidèle lectrice (ou lecteur, mais je crois qu’il sont hyper rares par ici !)

Voici quelques exemples d’échanges avec des personnes à tendance casse-bonbons voire carrément abrutis ! Je t’épargne les nombreuses fois où les gens ne viennent pas sans prévenir ni s’excuser après. Ceux à qui tu donnes ton numéro, mais qui ne téléphonent pas pour prévenir qu’ils ont 1h de retard ou ne trouvent pas ton adresse. Ceux qui font exprès de ne pas avoir l’appoint ou une somme inférieure pour que tu sois obligé(e) de baisser le prix. Ceux qui te demandent un rendez-vous puis ce rendent compte que tu habites à l’autre bout de la France (c’est pas comme si LBC avait prévu d’afficher la commune où le vendeur réside, hein !)…. A la longue, c’est usant. Mais quand même…. ça rend bien service !

Résultat de recherche d'images pour "illustration casse pied"

Lire la suite

En avant pour 2017 ! Pas de résolutions, mais des projets et objectifs

Je ne prends jamais de résolutions car je ne les tiens pas et c’est trop conventionnel. Mais je me fixe des objectifs (oui, je sais, c’est presque la même chose !) ou je dresse une liste d’envies qui constituent un cap à suivre.

Encore une fois, à l’échelle du monde, l’année n’a pas été des plus chouettes. Malgré tout, il faut avancer et vivre à fond chaque instant car on ne peut pas savoir quand tout peut s’arrêter.

D’un point de vu personnel, ça a été une année compliquée. Je n’ai pas eu d’année aussi pourrie depuis fort fort longtemps ! Des otites qui m’ont cassé les pieds de début Janvier à fin Août…. oui oui, rien que ça ! Un boulot que j’étais super contente d’avoir trouvé et qui s’est fini en catastrophe par un burn-out, et les mois qui ont suivi à essayer de remonter la pente doucement. Rien de bien grave dans le fond…. mais j’ai une impression de flottement, comme si 2016 était du temps suspendu (et perdu). C’est assez étrange !

Mais ça m’a permis de revoir certaines choses, notamment mes objectifs professionnels. J’ai eu une révélation et enfin réalisé quel métier me conviendrait vraiment bien. Rien de concret pour le moment, mais j’ai eu des pistes, des contacts et ça me rend confiante pour l’avenir. J’espère donc que 2017 verra la concrétisation de ce nouveau projet.
Happy New Year

Voyons mes objectifs de l’an dernier…

Lire la suite

10 conseils pour survivre à Noël !

Les fêtes de fin d’année….certains les attendent avec une grande impatience quand d’autres les redoutent terriblement. De mon côté ça se passe plutôt bien, même si bien sûr il y aurait bien quelques objections à ce début de phrase. Mais craignant que les personnes concernées ne lisent cet article, je vais m’abstenir de toute critique publique et vous dévoiler comment je m’en sors quand une réunion familiale ou tout autre évènement m’ennuie.

Si tu as d’autres conseils, réels ou humoristiques, n’hésite pas à les écrire en commentaires. Serrons-nous les coudes !

Noël - merci. Asi es me encanto mi regalo......TITA. Yessss !! ,,,,, Nooooo hablo de mi regalo no del tuyo?..:

Source Lire la suite

Drôles de requêtes 9

Voilà un long moment que je ne vous avais pas posté mes fameuses requêtes ! Il faut dire que notre amie Google ne les montre plus beaucoup, c’est donc moins facile de repérer les perles.

Cette fois-ci, très peu de recherches cochonnes. J’en suis presque déçue ! Les rares que j’ai pu voir avaient déjà été écrites dans de précédents articles, je ne les ai donc pas remises.

Les requêtes sont retranscrites ici telles qu’elles étaient, fautes d’orthographe incluses.

illustration_margaux_motin_1_

Illustration : Margaux Motin

foulards coton soie rue mouffetard : j’y connais une délicieuse chocolaterie, des contes, mais je ne savais pas que la rue était aussi spécialisée dans le foulard de soie !

aube indienne noisette : ce n’est pas la couleur la plus fréquente pour une aube, même indienne !

pourquoi j »ai arrêté la coloration khadi : ça ma grande, il n’y a que toi qui as la réponse !

je ne peux pas me passer de glace magnum : chacun sa drogue, hein !

boite de medicament plaisir : si tu cherches du viagra, c’est pas chez moi que tu en trouveras !

plante verte spaghetti : ne serait-ce pas du basilic, par hasard ? Ou bien tu cherches une plante verte dont les feuilles sont en forme de spaghettis comme ma plante chevelue ?

je n’aime pas les boissons chaudes : bienvenue au club !

Couteau incroyable : c’est un couteau façon sabre laser ?!

déodorant homme bruit : un déo anti-flatulences, peut-être ?

faire.une.sauce.bechamel.avec..bisque.de.homard : ça s’appelle une sauce nantua !

caméra espion wifi : je n’ai jamais évoqué le sujet, et je serai une très mauvaise espionne vu mon manque de patience !

tous les parfain de magnum escimo : arrête de bouffer des glaces, et avale plutôt les pages d’un dictionnaire !

emilie poyard trouver un point g : j’espère au moins que c’est le sien !

 

Et moi aussi, je fais des recherches. L’autre jour, je voulais savoir s’il était autorisé d’apposer un flyer publicitaire sur la lunette arrière de la voiture.

J’ai donc commencé à écrire « est-il autorisé… » et est apparue une superbe liste de propositions qui m’a fait halluciner :

  • est-il autorisé de frapper sa femme en islam
  • est-il autorisé de se raser le pubis dans l’islam
  • est-il autoriser de se maquiller pendant le ramadan

C’est tout de même étonnant que quand on demande si un truc est autorisé, ça tourne prioritairement autour du même thème !

Et toi, tu regardes les requêtes qui mènent à ton blog ?

 

Retrouvez les précédentes éditions histoire de rire un peu pour bien démarrer la semaine !

Drôles de requêtes 8

Drôles de requêtes 7

Drôles de requêtes 6

Drôles de requêtes 5

Drôles de requêtes 4

Drôles de requêtes 3

Drôles de requêtes 2

Drôles de requêtes 1

 

 

Je suis une blogueuse has (never) been !

A moins de vivre dans une grotte, tu auras remarqué que les blogueuses semblent suivre un stéréotype qui les amène à toutes se ressembler. Elles font les mêmes choses, aiment les mêmes choses, postent les mêmes choses. On dirait un énorme troupeau de moutons dans lequel il est bien difficile de les différencier et de reconnaitre les spécificités de chacune.

Allons allons, ne faisons pas de généralité. Car même si certaines cumulent absolument tous les clichés, je pense qu’elles constituent une minorité.

Je me suis donc amusée à reprendre ces clichés, et à m’en moquer autant que de moi-même. Bien entendu, il y a une part de 1er degré, mais c’est surtout à prendre au second !

Alt-pénélopebagieu-blogueuse

Source

Je ne pratique pas le miracle morning : enfin si, mais pas complètement (je reste dans mon lit !), et surtout pas volontairement (ras le bol de ne pas réussir à dormir au delà de 5h alors que je n’ai aucune obligation matinale) !

Je ne mange pas que healthy ou vegan mais je fais très attention à ce que je consomme quand même.

Je suis nulle en anglais (faut que je demande des cours à ma soeur !) : impossible pour moi de comprendre avec précision les blogs ou chaines youtube anglophones, et encore moins les séries en VO que tout le monde vante.

Je n’ai pas de bullet journal : j’avoue ne pas bien comprendre le principe ! C’est supposé t’aider à t’organiser et à gagner du temps, mais tu en perds à faire des dessins, des collages, des machins et trucs !

Je ne bois pas de thé … mais j’ai plein de mugs ! Ouf, l’honneur est sauf !

Je n’ai pas de chat : je les trouve mignons, mais chez les autres !

Je ne fais pas plein de DIY : j’aime l’idée, mais comme tu le sais déjà, je n’ai aucune patience pour faire ce genre de choses.

Je n’ai pas de Stan Smith : bon….sur ce coup-là, j’avoue avoir à moitié moutonné ! J’ai des fausses, et elles sont ultra confortables !

Je ne vais pas à Disneyland : c’est pas que je n’aime pas, hein. J’y suis allée 2 fois quand j’étais ado. Mais attendre plus d’1h pour 2 minutes de plaisir, ça me rend folle ! Je n’ai pas que ça à faire que d’attendre des heures comme ça !

Je n’ai pas un intérieur où tout est joli, sobre, assorti, scandinave,tendance, bien rangé, et j’en passe….

Je ne trépigne pas d’impatience en attendant la sortie de la nouvelle palette, collection capsule, collab’ de folie…

Je ne fais pas de selfie pour montrer partout où je vais : je n’ai rien à prouver !

Je ne suis pas souvent toujours manucurée, maquillée, coiffée : c’est joli, mais j’ai pas la patience (enfin j’suis présentable quand même, hein, ne t’inquiète pas !)

Je ne fais pas de running (pas de sport du tout en fait. Je sais, je devrais !) : j’ai l’impression que depuis 2 ans, tout le monde s’est mis à en faire, d’un coup !

Je ne vais pas au Starbucks : bon….d’abord il n’y en a pas dans ma ville, ceci expliquant à moitié cela. Il y a bien des Colombus Café. Mais… payer une fortune une boisson dans un gobelet (déchet inutile !) sur lequel, comble de l’égocentrisme, tu as ton prénom inscrit au feutre et avec une faute ! Parce que bien souvent, les baristas (t’as vu comme c’est chic !) ne savent pas les orthographier.

Je ne poste pas tout ce que je mange sur Instagram : d’abord, je mange rarement à l’extérieur (faudra un jour que je te raconte pourquoi !) donc je n’ai pas de magnifiques plats à présenter. Et puis globalement, je ne pense pas que ça intéresse grand monde !

Mais en fait, je ne poste rien du tout sur Instagram : la raison est bien simple…….

Alt-Doro-téléphone violet           Alt-Doro-téléphone

Je n’ai pas de smartphone ! Tu comprends qu’avec ça, je suis ultra limitée ! Alors, has been ou pas has been, hein ?

Non, pas has been du tout. Je suis juste moi et ça me convient bien !

Pour te dire toute la vérité, c’était vrai jusqu’à il y a 3 semaines. Parce que ça y est, je suis enfin entrée dans l’ère moderne du smartphone (trahie par deux malheureuses photos postées sur Instagram) ! Et je te raconterai tout ça….. au prochain épisode !

Et toi, remplis-tu tous les clichés de la blogueuse ?

Et si tu es lectrice/lecteur, as-tu remarqué tous ces petits travers des blogueuses ?

[HALLOWEEN] Ma pote et mon mec me fichent la trouille !

Je n’ai jamais fêté Halloween. Quand cette fête a revenue en Europe, j’étais déjà trop vieille pour aller quémander des bonbons aux voisins. Quelques enfants plus jeunes le faisaient mais j’ai l’impression que la sauce ne prenait pas encore vraiment.

Et puis je suis trop sensible et je n’aime pas avoir peur ! J’ai beau regarder toutes les émissions de crimes possibles et imaginables, pour le reste, je n’aime pas jouer à me faire peur. Donc je n’aime pas Halloween, la boucle est bouclée.

Mais ne vous inquiétez pas, dans mon entourage, on sait m’offrir mon lot de frissons !

A commencer par mon amie du Québec, qui fait des super gâteaux de fêtes. Pour l’occasion, elle a proposé un gâteau à gagner via un concours sur sa page Facebook (que je vous invite à consulter pour voir tous ces merveilleux gâteaux que je suis trop dégoûtée de ne pas pouvoir déguster !). J’ai beau être gourmande, l’apparence ne m’invite pas du tout à le manger !

Alt-Gâteau-Halloween

Alt-Gâteau-Halloween Céline Lire la suite

[LECTURE] Demain j’arrête – Gilles Legardinier

Bien que je ne sois pas adepte des bonnes résolutions du début d’année, j’avais quand même fait une « liste d’objectifs » (à lire ici). J’y avais écrit que je voulais me remettre à la lecture, encore fallait-il que je passe moins de temps sur mon ordinateur. Et bien c’est chose faite ! Depuis le début du printemps j’ai lu plusieurs romans de chick-lit ou comédie parmi la cinquantaine de ma pàl.

Comme tout le monde, j’avais beaucoup entendu parler de Gilles Legardinier, ou plutôt de ses bouquins que l’on retient grâce aux couvertures (car étrangement, son nom ne m’évoquait rien ! ) dont les couvertures attirent toujours l’oeil.

Je suis tombée sur « Demain j’arrête » dans un vide-grenier et en lisant la 4ème de couverture, j’ai tout de suite pensé que l’histoire pouvait me plaire. Et je ne vais pas y aller par quatre chemins : j’ai adoré !

Demain j'arrête Gille Legardinier Lire la suite

Enfin de retour !

Fort Boyard

Ouh là là, il y a de la poussière et des toiles d’araignée dans les coins, par ici ! Je n’ai jamais délaissé le blog aussi longtemps.

Je pourrais me la jouer « grande blogueuse » et vous dire que je travaillais sur un super projet. Prétendre que je suis partie faire un grand voyage. Mais rien de tout ça ne serait vrai !

Tout simplement les aléas de vie. Une reprise de boulot en avril qui ne s’est pas très bien passée. Un arrêt de travail suite à des malaises en juin. Puis beaucoup beaucoup de repos, car j’étais au bout du rouleau. Les évènements que vous connaissez ont achevé de me miner le moral, comme tout le monde.

Tous les jours, je me disais que ça serait le bon pour écrire enfin des articles. Et puis finalement, les journées passent à une vitesse folle et rien n’a été publié.

Mais ça y est, je reviens pour de bon. Plusieurs articles sont déjà écrits et seront publiés très prochainement.

J’espère que votre été se passe bien, que vous avez pu partir en vacances et surtout que vous PROFITEZ ! C’est le plus important.

Si vous avez des souhaits d’articles, des questions, ou quoi que ce soit, n’hésitez pas à me les soumettre !

A très vite !

Les tribulations d’une chercheuse d’emploi

Nombreux sont ceux qui imaginent les chômeurs comme étant de grosses feignasses qui se lèvent à midi, vivent aux crochets de la société et ne recherchent jamais la moindre heure de boulot. Il y en a, très certainement. Mais c’est une minorité, j’en suis convaincue.

D’ailleurs, je me suis toujours demandé comment c’était possible de ne vivre que des aides car personnellement, même si je demandais toutes les aides auxquelles je pourrais avoir droit (chose que je ne fais pas, par choix), ça ne serait jamais suffisant pour vivre.

Il n’y a pas de secret :  il faut travailler. Et pour trouver un emploi, il faut en chercher. Oui mais voilà, ce n’est pas aussi simple que ça.

Je vous livre ici quelques exemples d’embûches rencontrées. Si d’autres me reviennent en mémoire, je ferais un autre article.

https://images.unsplash.com/photo-1416339442236-8ceb164046f8?ixlib=rb-0.3.5&q=80&fm=jpg&crop=entropy&s=45bd30e23c10573d8084359be2e91847

Source

La vraie fausse embauche

Il y a quelques années, une grande structure du service public m’invitait à un entretien. Je connais bien la maison, j’y ai déjà travaillé 2 fois à quelques années d’intervalles, sur une mission qui revient chaque année. Je suis reçue par le chef de service concerné. Ce monsieur est nouveau dans la maison, donc on ne se connait pas. Il m’explique en long et large la mission de la structure, puis me parle des tâches à accomplir (que je connais déjà), me donne des tonnes de données chiffrées, de pourcentages, d’exemples…. qui ne vont pas me servir à grand chose. Il a une voix soporifique, il fait super chaud dans ce bureau, je sue et j’en ai marre. Quand enfin, il a fini son quasi monologue, deux longues heures se sont passées. Je n’en peux plus ! Puis il m’annonce tout content « bon ben c’est ok, vous êtes embauchée. Vous serez attendue avec le reste de l’équipe tel jour à telle heure ». Il se lève, me salue d’un « au revoir et à très bientôt ». L’embauche est prévue presque un mois plus tard. Je suis ravie car ça fait assez longtemps que je suis sans emploi et j’ai vraiment besoin qu’un salaire tombe rapidement.

Deux jours avant la date prévue d’embauche, je me souviens soudainement que cette structure a l’habitude d’envoyer les contrats quelques jours AVANT la prise de fonction et je n’ai rien reçu. Normal, je n’ai pas fourni les documents, que je compte donner le jour J. Le lendemain, je préfère téléphoner à la secrétaire -super gentille qui se souvient toujours de moi- pour lui poser directement la question, car c’est elle qui gère cela. Pas de chance, elle est absente et ne revient que le lendemain. Gloups. Je commence à sérieusement stresser, mais je me dit que quand même, puisqu’on m’a dit que j’étais prise et donné la date et l’heure de l’embauche, c’est qu’il n’y aura pas de souci. Le lendemain matin, à quelques minutes de partir, j’essaie à nouveau d’appeler la secrétaire… qui n’est pas dans son bureau (sûrement déjà affairée à l’accueil des nouveaux). J’essaie plusieurs fois. Merde, ça y est, je suis en retard !

J’arrive donc un poil en retard, je me rends directement dans le service où je suis affectée. Mes futurs collègues sont déjà tous regroupés dans le couloir et attendent les instructions. La gentille secrétaire me voit, me salue par mon prénom (chouette, elle se souvient toujours de moi) et je vois à son air très surpris que quelque chose cloche. Elle me demande ce que je fais là. Aïe, ça sent très mauvais, là !

Je lui réponds que Monsieur X m’a reçue à un entretien il y a un mois et qu’il m’a dit que j’étais embauchée et de venir ce matin. Et là, elle me répond : Ah mais non, tu n’es pas dans ma liste, il doit s’agir d’une erreur.

Devant mon air décontenancé, elle me dit qu’elle finit d’accueillir le groupe et qu’elle va s’occuper de moi. Très rapidement, elle revient vers moi, nous allons dans son bureau, elle refait le point sur la liste. C’est bien ça, le groupe est complet et il n’était pas prévu que j’en fasse partie. Ah.

Elle me propose de m’accompagner voir la DRH pour que l’on comprenne ce qu’il se passe. Elle lui explique rapidement, et l’autre répond sèchement : « Ah mais Mr X n’a aucun pouvoir de décision. Il n’aurait jamais dû vous dire ça, puisque suite aux entretiens, c’est MOI qui décide ». Aucune compassion de sa part devant mon air dépité.

La secrétaire m’a raccompagnée vers la sortie, toute gênée et était vraiment navrée de cette situation. Et m’a souhaité bonne chance pour la suite et que peut être je serais prise l’année suivante (nan, c’est terminée, je postulerais plus jamais !).

Je suis entrée dans ma voiture et je me suis mise à pleurer. Car j’avais eu beaucoup de stress. Et la déception. Une terrible déception. Ce n’était certes pas le boulot du siècle, mais j’avais vraiment besoin de ce contrat.

Pour la petite histoire, j’ai trouvé un autre boulot 1 mois après. Et je suis retournée bosser dans cette structure deux ans plus tard (je suis rancunière mais bon….faut bien travailler !). Et j’ai eu l’occasion de discuter avec le chef de service. Il ne se souvenait absolument pas de moi, mais je ne me suis pas démontée et lui ai rappelé brièvement cet épisode. Et cet andouille n’a rien trouvé de mieux à faire que rigoler en disant « ah oui ? j’ai osé vous faire ça, moi. Ha ha ha » ! J’ai préféré stopper là la conversion sur ce sujet, car j’ai senti que j’allais m’énerver ! Avouez qu’il y a de quoi ! Heureusement, la secrétaire m’a, elle, redit que ce qu’il s’était passé était vraiment pas chouette et qu’elle était contente que cette fois soit la bonne. Et moi donc !

Le plan foireux du Bon Coin

A mes débuts sur Le Bon Coin, j’ai mis une annonce pour trouver un emploi. J’étais assez sélective sur le type de poste : secrétaire ou dame de compagnie (je sais, ça n’a rien à voir, mais c’est ce que je voulais faire).

Je reçois un mail, un après-midi. Une dame qui m’indique qu’elle cherche une assistante administrative pour sa société. Sans plus de détails !

Je lui réponds par quelques questions sur sa société, le poste, les compétences attendues, etc. Elle me répond que ça ne fait pas très sérieux de répondre à ce genre de questions par mail et qu’il serait préférable que l’on se rencontre pour en discuter.

Je lui réponds à mon tour que je veux bien la rencontrer mais que pour éviter de lui faire perdre du temps, j’aimerais en savoir plus sur le poste pour voir s’il me convient et si j’ai les compétences. Elle n’avait pas mon CV ni rien donc ça me semblait normal de vouloir en savoir plus sur le poste qu’elle proposait. Je n’accepte pas tout non plus, surtout en terme géographique.

Elle me répète qu’elle ne veut pas répondre à ses questions par mail car ça ne fait pas sérieux et me propose que l’on se rencontre le lendemain, à 20 heures, sur le parking du Buffalo Grill (en périphérie de la ville).

Euh…. WTF ?! Elle ne sait pas si j’ai des enfants ou pas. 20h, c’est un drôle d’horaire pour un entretien d’embauche ! Et que dire du lieu ! Elle ne m’invitait pas à dîner au Buffalo, non non non. Elle voulait me voir sur le parking !

J’en ai conclu qu’elle n’avait sûrement pas de société et que je ne savais pas du tout qui se cachait derrière ce mail. Un prédateur ? Réellement une recruteuse ?

J’ai donc répondu que c’était cette proposition qui ne faisait pas très sérieux et je lui demandais si elle n’avait pas plutôt un bureau ou un quelconque espace de travail pour notre rencontre ?

Sa réponse ne s’est pas fait attendre : non elle n’avait pas de bureau et c’était ça ou rien. Euh….. ok, ben ça sera rien alors ! Et elle m’a répondu sèchement : c’est comme vous voulez. Ce n’est pas moi qui recherche un travail !

Je me suis permis de lui répondre que oui je cherchais un travail, mais aussi un employeur sérieux qui soit capable d’être transparent en répondant aux questions posées et en proposant un rendez-vous ailleurs que sur le parking d’une chaîne de restaurant en banlieue un soir d’hiver pluvieux.

Évidemment, ça s’est arrêté là !

La secrétaire blasée

Cette semaine, une agence d’intérim m’a invitée à passer des tests dans le cadre d’un recrutement pour une assurance. Je fais un test pratique, puis un test d’orthographe (que j’ai réussi brillamment). Le gentil monsieur qui m’a reçue me fait comprendre à demi-mots que grâce au test d’orthographe j’ai toutes mes chances d’être prise et m’invite a rejoindre sa collègue pour m’inscrire dans leurs fichiers, au cas où. Ah…. ça me semble prématuré, mais bon… Je m’approche de la dame, m’assieds et elle me demande tout un tas de documents. Euh…

« on vous pas dit de les amener ? » m’interroge-t-elle d’un ton sec devant mon hésitation. « non, on m’a juste dit de venir passer les tests ». (entre nous, comment aurais-je pu deviner qu’on allait m’inscrire sans même savoir si je serais recrutée ?)

« Donnez-moi ce que vous avez » dit-elle d’un ton toujours fort agréable. Je lui donne ce que j’ai et lui indique que pour mon CV, il suffit de demander à son collègue qui m’a reçue. Il m’a entendue et apporte gentiment le CV.

Finalement, il ne manquait que mon RIB. J’indique à la dame que je vais lui envoyer par mail dès que je vais rentrer chez moi (en me disant que de toute façon rien ne presse puisque j’aurais la réponse qu’en fin de semaine et que si ça se trouve, je ne serai pas recrutée). Et là, elle me répond « ah ben oui mais ça m’arrange pas parce que là votre fiche est ouverte et c’est facile d’entrer des informations, alors que si vous me l’envoyez tout à l’heure, je vais être obligée de rouvrir et de retourner sur votre fiche » !

Euh…. mais Madame, c’est quand même un peu ton job d’ouvrir et de fermer (entre autres) les fiches des intérimaires, non ?!

secrétaire blasée

Heureusement que je ne me laisse plus impressionner par ce genre de comportement, car ça revient assez souvent, et dans tous types de structures. Je peux comprendre que les conditions de travail ne soient pas toujours idéales, que les employés puissent avoir des soucis, etc… mais les gens  qui viennent n’y sont pour rien. Avant, c’est moi qui me retrouvais gênée et mal à l’aise face à cela ! Plus maintenant. Mais ça n’en demeure pas moins désagréable.

Je pourrais aussi vous parler des fausses offres d’emploi, des arnaques bien rodées sur Le Bon Coin où des arnaqueurs vous soutirent de l’argent, des offres publiées car c’est la loi mais le poste est déjà pourvu en interne, etc etc etc… Bref, vous l’aurez compris, la recherche d’emploi est loin d’être un long fleuve tranquille…

Vous avez déjà rencontré des situations délicates, incroyables, ubuesque, dans le cadre de vos recherches d’emploi ?