Je n’ai jamais… (petits secrets sur moi !)

Bien que j’ai récemment passé la quarantaine, il y a un certain nombre de choses que je n’ai jamais faites. Par choix, par conviction, ou parce que l’occasion ne s’est jamais présentée… Non non, je ne suis pas une extra-terrestre !

Résultat de recherche d'images pour "gif wtf"

Je n’ai jamais…

Eté mariée, pacsée, liée officiellement : je crois que je n’aime pas tout ce qui est officiel ! Et j’aime trop cette sensation de liberté, même si dans les faits, c’est tout comme.

Fantasmé sur le mec d’une copine : on ne touche pas au mec d’une copine, jamais !

Aimé les boissons chaudes, l’alcool, les jus et les sodas : autant dire que quand je sors boire un verre, c’est compliqué !

Eté saoule : et pour cause ! Je ne bois jamais une goutte d’alcool. Et oui merci, je le vis très bien. Ce sont surtout les autres que ça dérange, allez savoir pourquoi ! Lire la suite

Tu comprendras quand tu seras plus grande – Virginie Grimaldi

Ce n’est plus un secret : j’adore Virginie Grimaldi !

Les héroïnes de Virginie sont toujours des jeunes femmes gentilles, bienveillantes, capables d’avoir toutes sortes de sentiments, qui à un moment donné fuient une vie qui ne leur convient plus, tombent, se relèvent, puis après bien des déboires, finissent par avoir le coeur réparé et sont heureuses. Je crois que chacune peut se retrouver en elles. Et ce sont des romans qui font du bien. Parce qu’ils racontent la vraie vie, et que ça finit bien.

J’ai adoré « Il est grand temps de rallumer les étoiles« . J’avais un peu moins aimé « le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie » que j’avais trouvé un peu moins passionnant et les personnages moins attachants (même si la lecture avait été agréable. Mais je le relirai sûrement, j’ai du me tromper sur mon jugement !). « Le premier jour du reste de ma vie » m’avait aussi beaucoup plu, même s’il avait manqué un petit quelque chose pour complètement me charmer.

Vi Lire la suite

Le printemps : ma renaissance

Saperlipopette ! Les semaines passent si vite, que ça fait un moment que je n’étais pas venue par ici ! J’imagine toujours que mes articles vont s’écrire et se publier seuls le samedi matin, mais non, les lieux restent désespérément désertés !

Vous le savez, je ne suis jamais bien loin ! Mais l’arrivée du printemps entraîne quelques bouleversements dans ma vie. Que du positif ! Et ça fait tellement de bien que j’en profite

.

Je suis sur les rails, et j’avance vers le « joli » de la vie

Après avoir vaincu mon anxiété des 3 dernières années grâce à la réflexologie émotionnelle (que je ne connaissais pas avant de rencontrer une géniale praticienne), j’ai l’impression d’avoir retrouvé une vraie vie. C’est tellement grisant d’avoir à nouveau cet espace de cerveau disponible pour des choses plus positives ! Même en l’écrivant, j’ai encore du mal à y croire et j’ai encore quelques petits tests personnels à passer pour voir si vraiment tout cela est bien fini. Mais au fond de moi, je sais. L’année de mes 40 ans commence bien, comme un nouveau chapitre à écrire. Et d’ailleurs, je lis beaucoup plus, aussi. C’est très enrichissant.

Après six ans sans jamais quitter ma maison même le temps d’un week-end (à cause de l’anxiété et surtout pour des raisons financières), je suis partie quelques jours en road-trip Breton la semaine dernière. La météo m’a privée de quelques étapes, mais je suis vraiment contente d’avoir changé d’air. J’en avais besoin. Et c’est tellement beau la Bretagne ! Nantes, Rennes, Le Croizic, La Baule, St Nazaire… Un petit passage chez des amis à Saint Brieuc m’a aussi fait très plaisir. En rentrant, j’étais contente de retrouver mon chez-moi et je suis repartie avec une nouvelle énergie.Je ne suis pas encore prête pour le Québec, mais ça me parait moins impossible, disons ! Peut-être en 2020…

Je me suis fais enlever deux dents de sagesse à moitié sorties. Au moins cinq ans que ma dentiste me demandais de le faire. J’avais trop peur. Je l’ai vaincue. Ce n’était rien du tout, en fait ! Je m’en faisais toute une montagne, ça a duré 10 minutes ! La douleur était supportable. Le seul inconvénient a été de trouver des choses facile à manger durant quelques jours, mais si j’avais su, je m’en serai libérée plus tôt. On se met parfois des barrières pour bien peu de choses ! Peut être est-ce aussi le moment de vaincre ma peur du tatouage dont je rêve depuis quelques années ?

J’attends avec grande hâte l’arrivée des vrais beaux jours. J’avais lavé et rangé mon manteau d’hiver, persuadée que le beau temps et la douceur allaient durer… j’ai dû le ressortir. En avril, ne te découvre pas d’un fil ! Avec le printemps, comme la nature, j’ai une impression de renaissance. C’est une période que je suis toujours impatiente de voir arriver car je n’aime pas l’hiver. J’ai besoin des journées plus longues, d’une douce chaleur, des fleurs, du soleil, de passer du temps dehors, de voir les gens de meilleur humeur. Et avec ce que j’ai évoqué plus haut, ce printemps a une saveur particulière et je suis bien décidée à en profiter au maximum.

Ces petits plaisirs que j’adore à l’arrivée du printemps

Les premiers rayons du soleil qui chauffent ma peau

Boire un verre, manger une glace en terrasse, face à la mer

Me balader le long des plages, avant l’affluence touristique

Observer le réveil de la nature : les insectes qui virevoltent autour des fleurs qui embellissent mon petit jardin

Ranger les vêtements d’hiver et m’habiller plus légèrement

Sortir les couleurs : en déco, en habillement, en accessoires

Observer les levers ET les couchers de soleil

Manger à l’extérieur, préparer des barbecues et de belles salades

Arpenter les vide-greniers, les festivals et autres évènements

Voir les les légumes du jardin pousser (je n’ai pas la main verte, chaque pousse est un miracle !)

Bouquiner dehors, bien calée dans mon fauteuil de jardin

Et toi, quelle est ta saison préférée ?

 

 

L’automne, le blog, et mon retour

Ah, enfin ! Ce fichu mois de Novembre est terminé ! Comme je le déteste ! Il a beau apporter son lot de choses sympathiques (les couleurs de la nature, le temps passé devant un film sous le plaid, la douce ambiance des bougies), c’est une période que je n’aime pas.

D’autant plus que cette année la nature nous a fait croire à un été éternel ! Jusque fin octobre, il a fait très beau et très chaud. J’ai adoré prolonger cette sensation d’été : lecture dans le transat jusqu’au coucher du soleil, en short, balades au bord de la mer avec une petite glace en récompense… Alors quand novembre est arrivé, ça a été le coup de massue ! D’un coup, la grisaille et la pluie quasi non-stop (ok, nous en avions besoin après des mois de sécheresse, mais quand même…. je déteste la pluie !), les jours qui raccourcissent, et la petite déprime saisonnière (ce n’est pas nouveau, j’y suis sujette depuis des années). Le manque d’énergie m’a envahie et j’ai mis toute activité de côté y compris le blog.

Mais ça y est, nous sommes en décembre et la préparation des fêtes de d’année va me faire du bien. Même si je le fête dans la sobriété, j’aime rêver des jolies choses, voir les belles illuminations, les décorations. J’ai d’ailleurs remarqué que cette année, beaucoup ont installé leur sapin et décoré leur maison très tôt. Je crois que je ne suis pas la seule à avoir besoin de me remonter le moral et de rêver ! Je participe à énormément de concours de Noël (toujours pour rêver et pour m’aider à gâter mes proches). Pardon les copines que je taggue à tour de bras à chaque participation !

Et le blog dans tout ça ? J’étais bien partie à faire des articles sur mes lectures de l’été (j’ai énormément lu de romans et de livres de développement personnel. Et j’ai réussi à continuer même après l’été) puis je me suis aperçu que tous mes derniers articles portaient sur des bouquins. Mais je ne suis pas un blog de lecture, moi ! Et d’un coup, je me suis sentie perdue sur l’avenir du blog et cela a complètement bloqué ma productivité.

Depuis un certain temps déjà, j’ai beaucoup réduit ma consommation. De tout. Parce que j’ai un budget très réduit, parce que j’ai eu besoin de prendre soin de moi (phobies et anxiété) et ça coûte cher, parce que j’ai commencé à avoir envie de minimalisme. Alors soyons claires, je n’en suis qu’au début ! Mais c’est un chemin que j’essaie de suivre pour les années à venir. Mais bien sûr, j’ai  parfois des frustrations. C’est pour cela que je participe à beaucoup de concours car je me dis que si le hasard me permet d’avoir un objet, c’est qu’il m’était vraiment destiné ! Oui oui, ça peut paraître tiré par les cheveux, mais moi, pour le moment, ce sont des choses qui me font plaisir.

Mais alors du coup, quand on ne consomme presque plus (non mais rends-toi compte ! En 2018, je n’ai pas acheté une seule paire de basket ! Juste une paire de bottines en janvier, dont j’avais vraiment besoin. Et un rv manqué avec des Havaianas (car les miennes on cassé) qu’on m’a envoyées dans la mauvaise taille et que je n’ai pas recommandées ensuite), qu’on ne voyage pas, qu’on n’est pas encore légitime pour parler de minimalisme/zéro déchet, on parle de quoi sur un blog ? Et voilà, je me suis retrouvée bloquée là-dessus.

En fait, j’ai toujours quelques cosmétiques dont je peux te parler (j’ai d’ailleurs énormément de retard avec So Bio Etic, ma marque chouchoute et locale qui a la mauvaise idée de faire souvent des braderies à la boutique à deux pas de chez moi !), des lectures, des évènements (bientôt mes quarante ans bordel !), des pensées, des recettes. En cherchant bien, bien sûr que j’ai encore de la matière pour le blog, même sans beaucoup consommer. Il faudra juste que je le modifie pour qu’il me ressemble davantage avec cette évolution. Je vais y travailler pour le début de l’année.

Et puis il y a eu autre chose qui m’a bloquée : souhaitant changer de métier, j’ai cherché un stage pour évaluer mes besoins en formation. Pour cela, le blog était un atout donc je l’ai mis sur mon CV. Et durant des mois, je me suis abstenue d’écrire certaines choses, d’aborder certains sujets car j’avais dans un coin de ma tête la possibilité que ça soit lu par des recruteurs. Et je ne voudrais pas que l’on me juge QUE sur mes écrits, souvent futiles (qui voudrait recruter une nana presque quarantenaire qui adore les cosmétiques et lit de la chick lit, hein ?!). 🙂 Evidemment, je ne suis pas QUE ce qu’il y a sur le blog ou les réseaux sociaux, comme vous le savez toutes. Mais est-ce que eux sont en mesure d’avoir la curiosité de regarder plus loin ? Du coup, je ne le mets plus et je me dis que plus personne ayant vu mon cv ne va venir sur le blog !

Bref, beaucoup d’interrogations et de blocages vis à vis du blog. Mais puisque j’y pense tous les jours, que j’écris toujours dans ma tête (!), que nos échanges me manquent, eh bien je crois qu’il est temps de transformer les lieux et de revenir doucement. Je ne reviendrai jamais à 3 articles par semaine comme au début, c’est évident ! Mais je vais essayer d’être plus régulière.

Et toi, comment vas-tu ? Tu aimes bien l’automne ? Tu prépares déjà les fêtes ou tu attends un peu ?

Mes bons goûters du quotidien de Marie Chiocca (Terre Vivante)

Mon éditeur chouchou, les Editions Terre Vivante, m’ont fait le plaisir de m’envoyer ce nouveau merveilleux livre. Je ne vais pas te refaire toute l’histoire sur Terre Vivante, tu retrouveras les liens de mes précédents articles à la fin de celui-ci.

132 pages – Livre éco-conçu – 12 euros

L’Univers m’a joué des tours. Imagine-toi donc que ma balance de cuisine a choisi de rendre l’âme à la veille de la réception de ce merveilleux livre. Et moi, sans balance, je ne sais pas cuisiner !

J’ai donc fait un saut dans les magasins près de chez moi, mais je n’ai pas trouvé le modèle que je voulais (oui parce que les machines à pile plate ronde, on oublie, je veux des piles « normales » !) J’en ai trouvé une sur le site de But, une magnifique exclu internet disponible sous 10 jours (faut pas être pressé). J’attends donc une notification pour aller la récupérer au dépôt du magasin près de chez moi…. La date initialement prévu est passée et toujours aucune nouvelle de ma commande. Alors cette fois encore, je vais te présenter le livre en te disant que je testerai une recette plus tard. Et là, j’entends quelques personnes murmurer que je dis ça à chaque fois et que je ne le fais jamais….. 🙂 Ce n’est pas tout à fait faux ! Mais soit je n’y pense pas, soit les choses confectionnées avec amour sont dégustées trop vite pour que je n’aie le temps de faire des photos…

Bref, revenons à nos moutons goûters !

Cette collation est un repas à ne pas négliger. On peut le penser superflu, mais il permet un regain d’énergie pour terminer l’après-midi et et de ne pas arriver affamé au dîner (car c’est là, que ce traitre d’organisme en profiterait pour stocker !).

Personnellement, j’ai toujours accordé beaucoup d’importance à cette collation car je mangeais très peu à la cantine, donc j’avais toujours très faim après l’école. A l’âge adulte, je mange assez peu aux repas, donc si j’ai faim à l’heure du goûter, je m’accorde une petite gourmandise pour ne pas me jeter sur n’importe quoi à 18h00 ! Bien évidemment, je ne me contente pas d’une pomme ! Mais des biscuits maisons ou un morceau de pain me conviennent très bien, et je suis très raisonnable.

Marie Chiocca, la prêtresse de la cuisine healthy, nous propose dans ce livre une sélection de 50 recettes saines et rapides.

Biscuits secs, gâteaux moelleux, crèmes desserts, gaufres, crêpes, tartinades… il y en a pour tous les goûts, pour les petits et les grands.

Comme dans chaque livre, tu retrouveras de bons conseils, des astuces et des informations sur certains ingrédients plus ou moins connus.

A la fin du livre, un index permet de retrouver rapidement les recettes sans oeufs, sans lait, sans gluten.

Préparer les goûters peut être une activité intéressante à faire le week-end avec les enfants (profites-en pour leur faire réviser les multiplications avec les proportions !). Ils seront fiers de les avoir réalisés eux-mêmes. Un petit sachet en tissu ou une petite boîte réservée à cet effet leur permettra de les emporter partout.

Encore une fois, j’ai beaucoup aimé ce livre. Bien fait, instructif, de bonnes recettes : il est parfait ! Je t’invite à regarder la multitudes de titres disponibles sur le site et toutes les activités de Terre Vivante qui oeuvre pour un monde meilleur.

Et toi, tu prends un petit goûter ? Tu les prépares toi-même ou tu préfères des produits industriels ?

Mes précédents articles sur des livres Terre Vivante :

https://eugeniefister.wordpress.com/2018/03/31/je-cuisine-un-jour-bleu-gourmets-autistes-recettes-et-temoignages-terre-vivante/

https://eugeniefister.wordpress.com/2017/12/17/le-merveilleux-guide-terre-vivante-des-huiles-essentielles/

https://eugeniefister.wordpress.com/2017/10/21/la-cuisine-bio-du-quotidien-par-marie-chioca-editions-terre-vivante/

https://eugeniefister.wordpress.com/2017/04/25/je-cuisine-bio-avec-les-enfants-editions-terre-vivante/

https://eugeniefister.wordpress.com/2017/03/28/je-mange-sain-et-bio-meme-au-boulot-avec-terre-vivante/

https://eugeniefister.wordpress.com/2016/06/13/cuisiner-sain-avec-terre-vivante-gateaux-a-ig-bas-et-repas-en-bocaux/

https://eugeniefister.wordpress.com/2016/02/23/lecture-je-fabrique-mes-produits-menagers-un-livre-genial-quon-devrait-tous-avoir/

Retrouvailles avec mes jouets des années 80/90

Parmi les trésors retrouvés dans le grenier de ma grand-mère, il y avait un carton. Un carton que j’avais déposé là à la fin des années 90 lorsqu’à commencé ma vie d’adulte. Il contenait une bonne partie de mes objets d’enfant et d’adolescente. Je m’y suis plongée avec enthousiasme et émotion. Que de souvenirs !

Toutes les lettres envoyée par ma meilleure amie depuis qu’elle partie vivre au Québec avec ses parents. Je me souviens comme j’attendais avec impatience chacune d’entre elle. Le temps d’écrire quelques pages à la main et les quelques jours d’acheminement paraissaient parfois interminables quand j’attendais une réponse précise ou un scoop ! Je ne vais pas les garder et je n’ai pas eu le courage de les relire

Mon gros sac de billes : quand j’étais petite, j’ai énormément joué aux billes. On m’en a acheté quelques unes puis mon talent a fait le reste ! Je jouais beaucoup et j’étais plutôt forte, ce qui m’a permis d’en gagner beaucoup. Je vais les garder pour le moment.

Il y avait également mes magazines d’ado : toutes les séries n’avaient aucun secret pour moi grâce aux nombreux magazines que j’achetais (Spécial Télé, Hélène et les garçons, notamment. Des mags hautement intellectuels !). Mais également Star Club, Salut!, Ok Podium… Je dépensais tout mon argent de poche là dedans et dans les hors-séries consacrés à Michael Jackson que j’idolâtrais depuis l’âge de 8 ans.

Dans une boite en fer, j’ai retrouvé ma collection de pin’s (qui avait un temps disparu) et celle de totoches. Faut-il être crétin quand on est ado pour claquer son petit argent de poche dans des totoches ! C’était la mode, certes… mais aucun intérêt ! Je garde les pin’s pour le moment, mais pas le reste !

Mon Popples jaune : je l’adorais. Il m’avait été offert par mon oncle et ma tante à un Noël. Et bien que je ne sois pas hyper fan de peluches (contrairement à ma soeur) je voyais dans celle-ci la possibilité de jouer au « ballon » dans ma chambre ! Elle a très bien vieilli et je la trouve toujours jolie. Mais je ne vais pas la garder.

Lire la suite

Les boulets du Bon Coin tome 3

Je sens que l’année 2018 va être un bon millésime ! De janvier à juin, j’ai eu mon lot ! Heureusement, ça s’est calmé un peu durant l’été.

depit, desespoir, consternant

Le faux gentleman 

Un monsieur vient m’acheter un agenda, se présente façon très gentleman, ôtant son chapeau, me souhaitant bonne année, me demandant si ma famille a eu le plaisir de passer entre les virus…. Je trouve qu’il en fait trop, mais je joue le jeu. Je le laisse longuement feuilleter l’agenda 2017/2018, il l’achète. Oui mais voilà, il se rend compte que les dates ne lui conviennent pas une fois rentré chez lui. Il me demande par mail le remboursement, je dis que ça m’embête car je l’avais laissé le regarder longuement et que c’est la 1ère fois qu’on me fait cette demande et il me répond « Merci. La rencontre d’une faisane dans la ville de P**** est une expérience relativement coûteuse qui mérite d’être relatée et elle le sera » Eh bien de mon côté aussi c’est relaté ! Bravo monsieur ! Il est revenu le lendemain pour que je le rembourse, m’accusant encore de malhonnêteté, que j’aurais du détailler les dates dans mon annonce, etc… L’Amoureux qui était dans une autre pièce et a tout entendu, hallucinait qu’il fasse autant de foin pour si peu d’autant plus qu’il avait regardé l’agenda sous toutes ses coutures la veille ! On aurait dit que je lui avais vendu une Ferrari contrefaite, dis donc ! Faut se détendre, là !

Du coup, ça ma tellement saoulée que je suis allée mettre l’agenda dans une boîte où on donne des livres ! Dès le 2 janvier, ça annonçait bien l’année, tiens ! Lire la suite

[Lecture] La petite boulangerie du bout du monde – Jenny Colgan

La petit boulangerie du bout du monde. Rien que le titre a attisé ma gourmandise ! Oui, j’adore le pain. Le manger et depuis quelques mois, le fabriquer aussi.  Ce titre promet aussi du voyage. Gourmandise et voyage, c’est un bon programme, n’est-ce pas ?

8.10 euros chez Pocket

J’ai adoré me plonger dans ce village du bout du monde qui ne l’est pas vraiment, aux Cornouailles. Je me suis vue, moi la citadine qui ne jurais que par la ville et le shopping il y a quelques années, vivre dans un endroit isolé et plein de charme comme celui-ci. A l’aube de la quarantaine (bordel !), je me verrais bien dans ce genre de vie. Peut-être pas dans l’immédiat, mais j’y songe.

Les personnages sont attachants, même l’horrible (mais malheureuse) Mrs Manse.  On suit avec plaisir la vie de ce petit village côtier et isolé et sa presqu’île, au fil des saisons. On s’émeut lorsqu’un drame survient, tellement bien décrit qu’on s’y croirait. On sent presque l’odeur du délicieux pain confectionné par Polly. On se surprend à considérer le macareux apprivoisé comme l’un des personnages principaux.

Bien que le style soit parfois un peu brouillon dans certains paragraphes et qu’il subsiste pas mal de coquilles (mais personne ne relit chez les éditeurs ?!), c’est une lecture fluide et agréable. L’auteure décrit parfaitement les lieux, les lumières, les odeurs. Je me suis vraiment laissé transporter dans ce village et j’ai adoré le voyage. Sur fond d’optimisme, ce roman laisse imaginer que l’on peut toujours se relever d’une situation difficile, même en repartant de zéro, du moment que l’on croit cela possible et que l’on accepte ce changement de vie.

J’ai tellement aimé cette histoire que j’embarque immédiatement pour la suite : Une saison à la petite boulangerie

Et toi, tu l’as lu ? Ce roman te fait envie ?

 

[Lecture] Trouver son ikigaï – Christie Vanbremeersch

J’ai découvert ce livre et du même coup l’existence de l’Ikigaï dans le magazine Respire. Je n’avais jamais lu (ou du moins pas retenu) ce terme qui entre dans le cadre du développement personnel.

 

12.95 euros – First Editions

Mais qu’est-ce que l’ikigai ?

Originaire d’Okinawa au Japon, « l’île aux centenaires », cette philosophie repose sur l’importance de trouver un sens (« gai ») à sa vie (« iki »).

Chercher son ikigai c’est trouver l’équilibre entre sa passion, son talent, ce que l’on peut apporter à la communauté et ce pourquoi on pourrait être payé.

Lire la suite

[Lecture] Comment maigrir sans rien manger ?

En ce début d’été, j’ai enfin réussi à délaisser mon ordinateur (c’est aussi pour ça que je ne publie pas grand chose !) pour m’adonner à la lecture. C’est un défi que je me lance chaque année et auquel j’ai du mal à me tenir, accro que je suis à mon internet…

Outre ceux que j’emprunte à la médiathèque (non mais c’est quand même génial de pouvoir prendre plein de livres toute l’année pour une adhésion qui coûte le prix d’un seul, tu ne trouves pas ?), je m’en offre de temps à autres au détour des mes visites chez Cultura.

Comme je trouve assez facilement les romans à la médiathèque, j’achète plutôt les BD, les livres d’humour ou de développement personnel (il faut bien faire vivre les auteurs !).

J’avais beaucoup vu ce bouquin de Coco et Bénédicte Voile sur les réseaux sociaux, mais en le feuilletant vite-fait, je ne trouvais pas les dessins très attrayants au premier abord. Lors d’une autre visite, je l’ai regardé un peu plus longuement et je l’ai finalement acheté.

9.95 euros chez Archipoche

Tu auras compris au titre qu’il s’agit d’un livre humoristique qui se moque des régimes, des dicktats de la minceur imposés par la société. Sans oublier l’auto-dérisions de celle qui va pratiquer le « foutu pour foutu » avec une réelle mauvaise foi, tout en feuilletant des magazines sur les régimes !

Je ne dirais pas que c’était la franche poilade tout le long, non. Mais j’ai vraiment passé de bons moments de lecture, à sourire, ou à me dire « ah oui, c’est bien vu, ça ! » Les illustrations que je ne trouvais pas très attrayantes au départ  car je les trouvais brouillonnes voire grossières (j’ai besoin d’un trait simple, direct, sans fioriture) m’ont finalement paru plus jolies et intéressantes en me plongeant réellement dans le livre.

Bien sûr, il y a quelques clichés (mais pour faire de l’humour, il en faut bien un peu) et du « déjà vu », mais ça n’en demeure pas moins plaisant. Et cela permet de dédramatiser certaines situations.

Et puis surtout, ça rappelle bien ce qu’on a souvent du mal à se mettre dans la caboche : il faut s’aimer comme on est, même avec des kilos en trop. Bien sûr, il faut essayer de se nourrir sainement et d’avoir une bonne hygiène vie, mais il ne faut pas absolument être mince et paniquer quand l’heure du maillot de bain approche parce que la société le veut. Il faut que l’envie de perdre du poids (et encore une fois, il n’y a rien d’obligatoire à ça) vienne vraiment de sa propre volonté, parce qu’on l’a décidé, parce qu’on se sent prête, parce qu’on veut le faire pour soi et uniquement pour soi.

Ce livre est donc un bon divertissement (il n’a aucune autre prétention) à savourer au fil des jours.

Tu l’as lu ? Tu as envie de le découvrir ?