Le dernier tour de clef

J’ai beaucoup de souvenirs dans cette maison cubique des années 60 pas très jolie. Et que des bons. Cette maison, c’est celle de ma grand-mère. Elle a été contrainte de la vendre car elle n’était plus adaptée à son grand âge.

Semaine après semaine, ma mère et moi avons trié, jeté, donné, vendu tout ce que ma grand-mère possédait. Elle est encore de ce monde, donc il a tout de même fallut lui garder les objets auxquels elle tenait le plus, des photos, et des choses improbables qu’elle a souhaité conserver. Je crois que faire ce tri m’aurait été impossible si elle n’avait plus été là au moment de le faire. J’aurais eu trop de chagrin. Mais le faire avec elle n’a pas été très simple non plus. C’est douloureux pour une vieille dame de balayer en si peu de temps toute sa vie. Plus de maison, presque plus de possessions… elle s’est sentie dépouillée. D’autant plus qu’avec le cambriolage de l’automne, elle n’a même plus tous ces bijoux qui représentaient les étapes importantes de sa vie.

Nous avons retrouvé de magnifiques objets qui ont traversé les générations. De vrais trésors, bien conservés, qui nous ont mis des étincelles dans les yeux. D’autres objets, moins anciens, qui nous ont rappelé plein de souvenirs à ma mère et à moi-même. Nous avons connu beaucoup d’émotions. Et les dilemmes : on garde ou pas ? Non, on ne peut pas tout garder.

Et quelques semaines plus tard, se dire « si, en fait ça serait chouette de le garder » et aller reprendre l’objet dans le carton où il avait été soigneusement emballé. Après tout, mes grand-parents ont gardé tous ces trésors dans le but de les transmettre de génération en génération.

Nous avons sourit devant les très nombreuses piles de linge de maison parfaitement repassé et plié. Nous avons cherché à percer le secret  des draps housses parfaitement pliés à plat. Nous sommes restées bouche bée devant les jolies nappes aux multiples broderies réalisées à la main par ma grand-mère qui a du y passer tellement d’heures, malgré ses mains pleines d’arthrose. Nous avons ri des petites manies de rangement ou de conservation de choses qui auraient du être jetées depuis longtemps.

Nous avons décroché les lustres, les tableaux et les rideaux. Un brin de ménage. C’est la fin du spectacle.

Nous sommes soulagées que tout soit enfin terminé. Un vrai marathon qui a commencé doucement il y a un an et demi, puis s’est accéléré en début d’année. Il a fallu tenir sur la durée, réfléchir, tout organiser. La tentation de tout jeter pour se débarrasser au plus vite et nous faciliter la tâche nous a parfois effleuré l’esprit dans les moments de lassitude. Mais c’était impossible, par respect pour ma grand-mère.

Une dernière visite des acheteurs, le relevé des compteurs, on se revoit dans quelques jours chez le notaire. Tout est fini.  Nous ne reviendrons plus et avons fermé la porte pour la dernière fois.

Et c’est ainsi qu’une partie des souvenirs est dans mon coeur pendant que l’autre se retrouve enfermée à jamais dans la maison, par ce dernier tour de clef…

Autres articles souvenirs

https://eugeniefister.wordpress.com/2017/02/05/les-tresors-du-grenier-le-bureau/

https://eugeniefister.wordpress.com/2013/07/15/mon-petit-bonheur-du-week-end/

https://eugeniefister.wordpress.com/2017/01/30/la-faille-spatio-temporelle/

https://eugeniefister.wordpress.com/2015/10/09/parce-quun-jour/

Publicités

Les trésors du grenier : le bureau

Le dimanche, c’est jour de brocante ou de vide-grenier ! C’est donc aujourd’hui que j’inaugure cette nouvelle série d’articles qui consistera à vous montrer les objets du passé que j’ai trouvés dans le grenier de ma grand-mère. Certains très anciens qui datent des années 1900, d’autres vintage, et d’autres un poil plus récents que j’ai connus dans mon enfance.

Comme je l’expliquais dans le précédent article, je m’occupe actuellement de la mise en vente de sa maison car elle n’est plus adaptée à son grand âge. J’ai donc également commencé à trier chaque pièce, qui a vu passer des objets de plusieurs générations. La maison est grande, et ma grand-mère conservatrice. C’est dire si je fais de nombreuses et belles découvertes !

Hermes Baby

Je commence par le bureau. Quand j’étais petite, mon grand-père était encore marchand de boissons pour les cafés et il me semble qu’il était déjà fournisseur de fioul. Il y avait donc un petit bureau dans la maison et c’est ma grand-mère qui répondait au téléphone toute la journée pour gérer les commandes. Ce que ça m’énervait, ce téléphone qui sonnait sans arrêt et nous interrompais dans nos activités ! Serait-ce pour ça que je déteste le téléphone, maintenant ? Peut-être ! Lire la suite

La faille spatio-temporelle

Oui, voilà. Je ne vois pas d’autre explication. J’ai été aspirée dans une faille spatio-temporelle. C’est ce qui explique que je n’ai pas vu le mois de janvier passer. Et que je n’ai pas publié, allant à l’encontre de ce que j’expliquais vouloir faire dans mon précédent billet (être plus régulière dans mes publications et être à jour dans mes tests. C’est raté !).

Oui mais voilà, après les fêtes qui ont été intenses et se sont un peu prolongées, j’ai fêté plusieurs fois mon anniversaire, fait les soldes (pour acheter mes cadeaux d’anniversaire !), continué activement ma recherche d’emploi et j’ai commencé à sérieusement m’occuper de la maison de ma grand-mère.

Hermes Baby Lire la suite

Mon amie du bout du monde…. Happy Birthday !

REDIF MISE A JOUR !

Aujourd’hui, j’ai une pensée particulière pour mon amie Céline, mon amie du bout du monde. En réalité, elle n’est pas si loin que ça. Sur le planisphère, il me suffit de placer une règle sur ma ville, et tout droit en face vers l’Ouest, à 9000 km, se trouve son village tout paumé ! Aux fins fonds du Québec. Mais pour moi, c’est loin. Beaucoup trop loin.

 

Je me souviens encore du début de notre amitié. Nous étions au collège dans la même classe depuis la 6ème et on habitait à 50 mètres l’une de l’autre. On ne s’appréciait pas. Sans raison. C’était juste comme ça. Puis au début de la 5ème, je cherchais une copine pour m’accompagner au tir à l’arc. C’était ma nouvelle passion depuis un an, mais il n’y avait aucun jeune de mon âge au club. Et ça commençait à m’ennuyer d’être parmi tous ces « vieux » ! J’ai donc demandé si quelqu’un serait intéressé dans la classe, et elle était partante pour essayer.

Ce fût le début d’une chouette amitié. Nous avons fait les 400 coups ensemble (je ne dévoilerai rien ici, c’est notre secret ! Je ne voudrais pas ternir notre réputation de jeunes filles sages !) Lire la suite

Tag: hier et aujourd’hui…

Coucou,

J’ai vu ce tag sur le blog de Ciloucr j’ai aimé et elle m’a donné un âge pour répondre aux questions.

J’ai 28 ans.

J’ai eu 28 ans, le 14 janvier 2007 (t’imagine même pas combien de temps j’ai mis à faire ce calcul !), c’était il y a  7 ans déjà…

*Ce que je conduis : une 205 blanche Junior, aux sièges en jean tout déchirés. Je l’ai gardée 7 ou 8 ans, et je l’aimais beaucoup. Mais à la fin, elle tombait souvent en panne alors qu’elle était comme neuve malgré son grand âge. Lire la suite

Années 80/90 – Le Méga 10.000

Pour moi, trier et ranger un grenier est à la fois une grosse corvée et un plaisir.

Le plaisir de faire place nette, mais surtout celui de faire de belles découvertes d’objets complètement oubliés.

En rangeant le mini-grenier de ma maman, j’ai retrouvé quelques jeux de mon enfance, que j’ignorais qu’elle avait conservés.

Ma corde à sauter, mon élastique, un frisbee et surtout mon MEGA 10.000 (j’aimerais bien retrouver mon autre jeu dont j’ai oublié le nom. Vous savez, c’était une sorte de jeu électronique en forme de bonhomme rouge à lunettes et on rangeait les fiches dans son dos…)

Dans les années 80,  Méga était soit une encyclopédie (sous forme de livre, donc) soit ce jeu composé d’un boîtier ressemblant à une calculatrice et d’une dizaine de livrets (avec le 10.000 correspondant, il me semble, aux 10.000 questions contenues dans les livrets).

Les premiers livrets étaient réservés aux plus petits, avec des questions faciles (genre des rébus, labyrinthes).

Et des livrets pour les plus grands avec des questions de plusieurs niveaux. Le premier niveau, je me souviens qu’à 11 ans (âge vers lequel j’ai arrêté de jouer, me tournant vers des activités plus futiles !), j’arrivais à peu près à répondre.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA Lire la suite

Mon petit bonheur du week end

Combien de fois vous ai-je déjà parlé de Cacolac sur ce blog depuis ses débuts ? Alors, je dis toujours que j’adore le Cacolac, mais finalement, ce n’est pas vraiment pour son goût peu chocolaté et chimique mais plutôt pour les souvenirs qu’il m’évoque.

Ce week-end, j’ai trouvé dans le grenier de ma grand-mère, ce parasol Cacolac. Je l’ai rapporté chez moi. Et mes souvenirs d’enfance sont remontés à la surface.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

J’ai vécu mon enfance dans les années 80. A cette époque, mon grand-père était grossiste en boissons et avait son propre commerce. C’est pour cela qu’il avait plein d’objets publicitaires. Lire la suite