Cuisinez comme vous le sentez ! Editions Terre vivante

Je ne sais pas si c’est pareil chez vous, mais la préparation des repas est un éternel recommencement : un vrai casse-tête pour varier, respecter les saisons, manger équilibré, respecter les saisons et satisfaire les goûts de tout le monde…. Autant j’aime préparer de bons petits plats pour recevoir, autant pour les repas du quotidien, ça me gonfle sérieusement ! Mais il faut bien se nourrir !

Mais heureusement, je m’inspire beaucoup de recettes trouvées sur des blogs (connus ou non) et sur des sites très connus. Et comme j’aime aussi beaucoup les livres, je collectionne les livres de recettes, dans lesquels j’essaie de trouver de bonnes idées.

Et parmi les ouvrages que j’aime beaucoup, ce n’est plus un secret depuis le temps, il y a ceux de Terre Vivante. Alors eux, c’est incroyable le nombre de livres super intéressants qu’ils sortent ! Je n’ai jamais vu un tel dynamisme dans une maison d’édition. J’aimerais les avoir tous, mais ça ne serait pas raisonnable quand on est sur le chemin de la déconsommation ! Aussi, j’accepte occasionnellement d’en recevoir un nouveau dans le cadre de mon partenariat. Je les remercie infiniment car je n’ai jamais été déçue par ces livres qui font aussi le bonheur de mes proches car je les leur prête.

Vous retrouverez en bas de l’articles tous les livres Terre Vivante que j’ai déjà chroniqués et, sans suspens, tous aimés !

Lire la suite

Publicités

12 choses que je n’achète ou ne consomme plus

Le minimalisme et le zéro-déchet vont être LA tendance de l’année ! Bien que je ne sois pas trop pour les effets de mode en général, je ne peux que me réjouir de ce mouvement qui prend de l’ampleur. Chaque petite geste compte, aussi minime soit-il. Effet de mode ou pas.

Personnellement, je ne suis qu’au début du chemin, même si j’ai commencé mes premières actions il y a déjà quelques années. Jamais je ne prétendrait être parfaite dans ce domaine, mais je suis contente d’être sur la bonne voie. Au début, j’ai voulu faire trop de changements en même temps, et ça a fini par me mettre trop de pression. J’ai donc préféré prendre le rythme qui me convient pour modifier les choses, lentement mais sûrement. Nous avons tous la capacité de faire au moins quelques actions, et chacun doit choisir les siennes en fonction de ses possibilités.

J’ai dressé dans cet article la liste des choses que je n’achète plus ou que je ne consomme plus pour des raisons éthiques et/ou écologiques. Bizarrement, j’ai eu du mal à tous les retrouver tant j’ai oublié leur utilisation !

 

Les cotons : c’est la première chose que j’ai modifiée dans ma consommation de produits jetables. C’était il y a 8 ans déjà. J’ai investi dans des cotons lavable de la marque Les Tendances d’Emma. J’en ai eu d’autres quelques années plus tard (gagnés à un concours). J’ai un assortiments de matières plus ou moins douces. Le premiers commencent à montrer des signes de l’âge, je vais donc les recycler pour le vernis à ongles et ainsi ne plus du toute acheter de cotons jetables (j’en gardais un petit paquet pour cet usage uniquement… sachant que je me fait très peu les ongles, ça doit bien faire 3 ans que je l’ai !). Il existe une multitude de marques ou de couturières qui proposent de jolis cotons lavables, donc plus d’excuses pour ne pas y venir !

Les bouteilles de boisson en plastique : nous connaissons tous les effets néfastes des contenants en plastique et la difficulté à les recycler correctement. J’ai longtemps acheté des bouteilles d’eau. Plate pour moi, gazeuse pour l’Amoureux. Puis j’ai arrêté au profit d’une Brita. Clairement, ce n’est pas une très bonne solution car la carafe est en plastique (mais dure longtemps comparé à une bouteille) et le filtre fait beaucoup de déchets. Mais je n’ai pas encore trouvé d’autres alternatives qui me conviennent vraiment (J’aimerais bien quand même essayer les perles de céramique). J’ai besoin que mon eau soit bonne car je bois beaucoup et uniquement de l’eau plate. Je bois donc de l’eau du robinet filtrée et j’ai plein de bouteilles en inox pour les sorties ou le boulot. L’Amoureux a renoncé à ses bouteilles d’eau gazeuse quand je lui ai offert une Sodatream. C’est vraiment bien, cette machine ! On ne produit aucun déchet et ça fonctionne sans électricité.

Lire la suite

[LECTURE] Je fabrique mes produits ménagers : un livre génial qu’on devrait tous avoir !

Depuis le début de l’année, je suis épuisée. Sans cape de wonderwoman, je livre une lutte acharnée contre une otite qui refuse de guérir. Déjà 7 semaines…. Je vais devenir folle !

Du coup, je n’ai aucune énergie et j’arrive à mettre en pratique l’un de mes objectifs du début d’année : lire davantage. Pas forcément de la grande littérature, mais au moins avoir du papier entre les mains.

Et pour cela, la médiathèque de La Rochelle est géniale. Ils ont tellement de livres intéressants que je ne sais plus où donner de la tête ! Ces derniers temps, j’ai jeté mon dévolu sur plein de livres orientés écologie. Je pense savoir déjà beaucoup de choses sur le sujet grâce à la lecture de blogs, magazines et les documentaires télévisés, mais j’aime bien aussi le support papier.

C’est ainsi que j’ai découvert le livre : Je fabrique mes produits ménagers. De Laëtitia Royant. 12 euros aux Editions Terre Vivante.

J’adore Terre Vivante ! C’est un éditeur qui propose des livres géniaux et leur site que je vous invite à découvrir ici est remplis de bons conseils pour vivre et consommer autrement.

J’en possède un sur la beauté dont il faudra que je vous parle très rapidement tant j’ai eu un coup de coeur.

Livre DIY produits ménagers Lire la suite

[LECTURE] Zéro Déchet de Béa Johnson

Béa Johnson

Il y a deux ou trois ans, j’avais vu un reportage sur Béa Johnson, cette française exilée aux Etats-Unis qui a entrepris de modifier ses habitudes afin de ne produire aucun déchet ou très peu (un bocal d’un litre par an). A l’époque, je m’étais dit que c’était un exemple clairement impossible à suivre, même si l’idée était bonne, et ma réflexion sur le sujet s’était arrêtée là.

Entre temps, j’ai modifié mes habitudes de consommation, privilégié le recyclage, le don, l’achat de seconde main et naturellement, j’ai produit un tout petit peu moins de déchets. Je suis loin d’être irréprochable (pourquoi ai-je « besoin » de 36 palettes et 50 paires de chaussures ?), car je n’en suis qu’au début.

J’ai donc emprunté ce livre à la médiathèque (je n’achète plus de livres que je ne vais lire qu’une fois car c’est du gaspillage d’arbre !) et je l’ai dévoré.

Zéro Déchet Lire la suite

[Ecolo] Un composteur dans mon jardin

Cet article est certes un poil long, mais c’est nécessaire pour tout expliquer !

Depuis 2 ou 3 ans, j’essaie de consommer mieux, raisonnable, éthique, seconde main, recyclé, recyclable, local… mais à la hauteur de mes petits moyens et des possibilités. Dans cet esprit, j’essaie également de réduire les déchets en les triant soigneusement, en achetant des produits recyclables, et si possible « propres » dans le procédé de fabrication (là, ça se corse !).

J’imagine aussi que pour inciter les citoyens à prendre de bonnes habitudes (et je regrette vraiment cette méthode car je suis persuadée que si on arrêtait de taper dans le portefeuille, les gens seraient plus réceptifs à la cause écologique), de plus en plus de communes taxeront le ramassage des ordures ménagères au poids (ça ne se fait pas encore vers chez moi).

Et j’ai remarqué que les filtres à cafés pleins, les épluchures de fruits et légumes, ça pèse lourd dans une poubelle !

De même que les passages dans les déchetteries de l’agglomération rochelaise sont depuis peu limités (chaque foyer possède un pass de 15 passages). A la belle saison, j’ai besoin d’y aller quasiment une fois par semaine en raison de la tonte d’herbe (eh non, je ne peux pas louer une chèvre ou un mouton pour le faire !). Outre le crédit de passage qui diminue vite, c’est contraignant.

Le compostage permet de traiter soi-même 30% de nos déchets, ce qui n’est pas négligeable. Lire la suite