Les Savons de Joya : un vrai coup de coeur !

Après ma longue absence, je ne savais pas par quel article revenir ! Et celui-ci s’est imposé car j’ai eu un vrai coup de coeur pour ces produits. Voilà, c’est dit, il n’y a pas de suspens !

Pour rappel et pour les nouveaux arrivants, j’ai été une très grande consommatrice de cosmétiques (mais moins que bon nombre de blogueuses tout de même !). Avec le blog et les tests, et mes lectures d’autres blogs qui suscitaient de l’envie, j’ai beaucoup acheté de cosmétiques (sans parler de ceux gagnés à des concours). J’ai accumulé beaucoup, donné beaucoup mais aussi gâché beaucoup, et je n’en suis pas fière du tout. Il y a environ deux ans, j’ai estimé que mon orgie de cosmétiques devait prendre fin. J’ai arrêté d’en acheter. Si je participe encore à de nombreux concours, je ne le fais que pour les produits qui me correspondent mieux présentement. Je me dis que si le hasard et la chance me font gagner un produit, c’est qu’il m’était vraiment destiné ! Oui ben on se trouve les excuses qu’on peu, hein ! C’est difficile de renoncer à tout quand on aime ! Je n’ai aucunement la prétention de dire que je suis parfaite. Je suis sur le chemin de la déconsommation et de la simplicité (employer le terme minimalisme serait exagéré, même si je suis sur ce chemin, très très lentement) mais j’ai encore beaucoup de route à faire, j’en suis consciente. Mes tiroirs à cosmétiques ont quand même réduit des 2/3 et c’est déjà énorme ! Je termine ce que j’ai puis j’ai bon espoir d’arriver à une salle de bain vraiment minimaliste avec que des produits solides et sans emballage. Je suis déjà passée aux savons saponifiés à froid et aux cotons lavables depuis longtemps. Je fabrique mon déodorant ultra méga efficace. Je souhaitais essayer d’autres produits écologiques, mais leur prix était un frein tant que je n’étais pas sûre de les aimer. Jusqu’à ce que je découvre Les Savons de Joya grâce à un joli lot gagné sur la page de La Salade à Tout.

Les Savons de Joya est une savonnerie qui propose des cosmétiques solides et produits 100% naturels et biosans tests sur les animauxsans huile de palme, à très grande majorité vegan et zéro déchet. De nombreux produits ont la certification Nature et Progrès. 

Le shampoing solide

C’est ce que j’avais le plus envie d’essayer. Mais clairement, en voyant les prix de certaines marques et le fait qu’il puisse y avoir des intolérance aux tensio-actifs naturels me freinait beaucoup. J’ai donc essayé ce shampoing avec plaisir. Je ne l’ai pas choisi et j’ai reçu celui pour tous types de cheveux. Mes cheveux n’ont pas de problème particulier, sont souples, colorés, à certaines périodes, je peux avoir des pellicules, et j’utilise en général un shampoing pour cheveux normaux . A priori, il pouvait donc me convenir.

La gamme offre un large choix de galets avec ou sans huiles essentielles. Chaque chevelure doit pouvoir trouver son bonheur !

Le produit est assez gros puisqu’il fait 75 grammes. Il est emballé dans une sorte d’éco-plastique en cellulose de bois, certifié bio et compostable. Tellement peu habituée à ce type d’emballage que je l’ai jeté au recyclage au lieu de le composter. Oups ! La prochaine fois, j’y penserai.

Comment ça s’utilise ? Il suffit de frotter le galet sur la chevelure bien mouillée à l’eau tiède ou chaude (à froid, ça marche moins bien). A la première utilisation, j’avoue que ça m’a fait bizarre et que je ne savais pas trop quelle quantité mettre. Mais je me suis très vite habituée à ce geste. Puis on masse le cuir chevelu comme avec n’importe quel shampoing et on rince ! C’est aussi simple que cela ! J’ai été surprise pas la facilité de rinçage, beaucoup plus rapide que ce à quoi je suis habituée. Le jour du lavage, mes cheveux sont beaux et légers. Mais le second jour, ça s’est corsé ! Ils étaient plats, et faisaient déjà gras. Aïe ! En temps normal je les lave tous les 3 jours quand j’ai un très bon shampoing ou au pire, un jour sur deux. Mais là, je n’allais tout de même pas les laver tous les jours ! J’ai pensé qu’il fallait un temps d’adaptation, mais non, vraiment, tout le long j’ai eu du mal à avoir les cheveux nickels plus de 24h. Mais je l’ai tout de même utilisé jusqu’au bout car je voulais savoir combien de temps exactement j’allais tenir. La réponse est….. 4 mois ! Eh oui ! Malgré un lavage tous les deux jours, parfois trois quand c’était possible, ce galet a tenu 4 mois en prenant bien soin de le faire sécher dans sa boîte après chaque utilisation. Donc le prix de 7.50 euros en moyenne est tout à fait économique pour une si longue durée de vie.

Malgré le souci de re-graissage rapide, je suis tout à fait conquise par ce shampoing solide. C’est très facile d’utilisation (je l’ai emporté en déplacement, c’est beaucoup plus simple qu’un flacon), économique et la durée de vie est longue. J’en ai donc racheté un qui sera sûrement mieux adapté, celui pour cheveux gras que je n’ai pas encore utilisé. Si j’y pense, je reviendrai noter mes nouvelles impressions. 

Le déodorant

Bien que je sois pleinement satisfaite de mon déo maison en terme d’efficacité, je lui trouve tout de même un petit défaut : en été, il est très liquide (car je ne mets pas de cire d’abeille). Et comme je n’y pense pas toujours, il m’arrive souvent d’en renverser en ouvrant le pot ! J’ai donc besoin d’une alternative pour les mois les plus chauds.

Je n’avais plus utilisé de déo stick depuis les années 90 préférant ceux à bille. Ce n’est pas un format qui m’attire mais bon, puisque je l’avais entre les mains….

Ce déodorant existe en deux formats : 75 g ou 25 g, avec ou sans packaging, avec ou sans huiles essentielles, avec ou sans parfum. Franchement, ce large choix est parfait !

Le packaging n’est pas des plus attrayants, je trouve. En plastique, il est vraiment solide et va durer très longtemps…. car il est rechargeable ! Eh oui, il est possible de ne racheter que la recharge ! Alors ça, je dois dire que c’est génial !

J’ai eu la version 75 g au prix de 10.60 €, sans huiles essentielles. L’application est très facile, un passage sur aisselles propres et c’est fini ! Par contre, le mien était un peu sec et ne glissait pas toujours bien, surtout par temps « froid ». J’ai lu des témoignages qui disaient que c’était trop crémeux… ça doit dépendre des « séries ». En 3 mois d’utilisation quotidienne, je n’ai tourné qu’une fois la molette (d’un tour) pour faire monter le produit. Autant dire qu’il va durer trèèèèès longtemps !

Le plus important : est-il efficace ? Eh bien oui ! Il est aussi efficace que celui que je fabrique et je tiens facilement 24h, sans aucune odeur, même en cas de canicule ou d’activité intense.

Je suis encore une fois conquise ! Efficacité, tarif économique compte-tenue de la très longue durée, possibilité de n’acheter qu’une recharge, et large choix, lui aussi il a tout bon ! Je vais en avoir pour un bon bout de temps, mais je pense opter pour un petit format par la suite vu que je ne l’utiliserai qu’en été.

Le savon

La marque propose une large gamme de savons avec ou sans huiles essentielles au prix de 5.90 € la pièce de 100 grammes. Cela peut sembler cher, mais les savons artisanaux saponifiés à froid sont généralement dans cette gamme de prix, justifié par la qualité.

Qu’est-ce qu’un savon saponifié à froid ? C’est un savon fabriqué à la main avec des huiles végétales et des beurres végétaux de première qualité. Le processus de saponification à froid permet de ne pas chauffer les huiles pour garder toutes les propriétés bienfaisantes et de conserver la glycérine naturellement formée dans le savon (environ 25%). C’est donc ce qu’il y a de meilleur pour la peau !

J’ai reçu le savon au charbon végétal-palmarosa-ylang.

Il est joli, il sent bon, mousse bien, se rince facilement. Aussi bien pour le corps que pour le visage, son utilisation est agréable et n’assèche pas la peau. Il ne fond pas vite donc dure longtemps lui aussi. Je n’ai vraiment rien à lui reprocher !

Je rêvais d’essayer la marque depuis longtemps et je ne suis pas déçue. Les prix (en général plus faibles que de nombreuses marques) sont amortis par la durée de vie des produits. Ce qui semble être un gros investissement au départ se trouve être finalement très économique par rapport aux produits conventionnels. C’est donc tout bon puisque les produits sont cleans, ont des emballages réduits (compostables, recyclables ou réutilisables) et sont économiques ! Comme dirait l’autre : j’achèèèète !

Je vous recommande vivement d’aller découvrir La Salade à Tout sur son blog et sur Facebook.

Et d’aller faire vos emplettes sur le site des Savons de Joya !

Aimes-tu les produits solides ? Connais-tu cette marque ?

12 choses que je n’achète ou ne consomme plus

Le minimalisme et le zéro-déchet vont être LA tendance de l’année ! Bien que je ne sois pas trop pour les effets de mode en général, je ne peux que me réjouir de ce mouvement qui prend de l’ampleur. Chaque petite geste compte, aussi minime soit-il. Effet de mode ou pas.

Personnellement, je ne suis qu’au début du chemin, même si j’ai commencé mes premières actions il y a déjà quelques années. Jamais je ne prétendrait être parfaite dans ce domaine, mais je suis contente d’être sur la bonne voie. Au début, j’ai voulu faire trop de changements en même temps, et ça a fini par me mettre trop de pression. J’ai donc préféré prendre le rythme qui me convient pour modifier les choses, lentement mais sûrement. Nous avons tous la capacité de faire au moins quelques actions, et chacun doit choisir les siennes en fonction de ses possibilités.

J’ai dressé dans cet article la liste des choses que je n’achète plus ou que je ne consomme plus pour des raisons éthiques et/ou écologiques. Bizarrement, j’ai eu du mal à tous les retrouver tant j’ai oublié leur utilisation !

 

Les cotons : c’est la première chose que j’ai modifiée dans ma consommation de produits jetables. C’était il y a 8 ans déjà. J’ai investi dans des cotons lavable de la marque Les Tendances d’Emma. J’en ai eu d’autres quelques années plus tard (gagnés à un concours). J’ai un assortiments de matières plus ou moins douces. Le premiers commencent à montrer des signes de l’âge, je vais donc les recycler pour le vernis à ongles et ainsi ne plus du toute acheter de cotons jetables (j’en gardais un petit paquet pour cet usage uniquement… sachant que je me fait très peu les ongles, ça doit bien faire 3 ans que je l’ai !). Il existe une multitude de marques ou de couturières qui proposent de jolis cotons lavables, donc plus d’excuses pour ne pas y venir !

Les bouteilles de boisson en plastique : nous connaissons tous les effets néfastes des contenants en plastique et la difficulté à les recycler correctement. J’ai longtemps acheté des bouteilles d’eau. Plate pour moi, gazeuse pour l’Amoureux. Puis j’ai arrêté au profit d’une Brita. Clairement, ce n’est pas une très bonne solution car la carafe est en plastique (mais dure longtemps comparé à une bouteille) et le filtre fait beaucoup de déchets. Mais je n’ai pas encore trouvé d’autres alternatives qui me conviennent vraiment (J’aimerais bien quand même essayer les perles de céramique). J’ai besoin que mon eau soit bonne car je bois beaucoup et uniquement de l’eau plate. Je bois donc de l’eau du robinet filtrée et j’ai plein de bouteilles en inox pour les sorties ou le boulot. L’Amoureux a renoncé à ses bouteilles d’eau gazeuse quand je lui ai offert une Sodatream. C’est vraiment bien, cette machine ! On ne produit aucun déchet et ça fonctionne sans électricité.

Lire la suite

Carrés et gants démaquillants en bambou FIBAO

Sans prétendre être Zéro Déchet (terme à la mode s’il en est), j’ai entrepris depuis plusieurs années de réduire la taille de mes poubelles. J’ai commencé par moins nourrir celle de la salle de bains car c’est ce qui me paraissait le plus simple pour débuter.

Alt-Fibao-lavable

Pourquoi utiliser des carrés lavables ?

Lire la suite

[LECTURE] Zéro Déchet de Béa Johnson

Béa Johnson

Il y a deux ou trois ans, j’avais vu un reportage sur Béa Johnson, cette française exilée aux Etats-Unis qui a entrepris de modifier ses habitudes afin de ne produire aucun déchet ou très peu (un bocal d’un litre par an). A l’époque, je m’étais dit que c’était un exemple clairement impossible à suivre, même si l’idée était bonne, et ma réflexion sur le sujet s’était arrêtée là.

Entre temps, j’ai modifié mes habitudes de consommation, privilégié le recyclage, le don, l’achat de seconde main et naturellement, j’ai produit un tout petit peu moins de déchets. Je suis loin d’être irréprochable (pourquoi ai-je « besoin » de 36 palettes et 50 paires de chaussures ?), car je n’en suis qu’au début.

J’ai donc emprunté ce livre à la médiathèque (je n’achète plus de livres que je ne vais lire qu’une fois car c’est du gaspillage d’arbre !) et je l’ai dévoré.

Zéro Déchet Lire la suite